Logo cession commerce
Les entreprises de proximité agiles face à la crise sanitaire

Les entreprises de proximité agiles face à la crise sanitaire

Si elles ont subi des baisses de chiffre d’affaires en 2020, les entreprises de proximité ont su tirer parti des mesures d’accompagnement pour résister à la crise. Elles ne sont pas pour autant tirées d’affaire….

Par Sophie MENSIOR - le 28/01/21

Marquée par l’arrivée de la pandémie de Covid-19, l’année 2020 s’est avérée bien compliquée pour les entreprises. L’U2P (Union des entreprises de proximité) a mené une enquête, en janvier 2021, auprès de 6 200 artisans, commerçants de proximité et professions libérales pour tirer le bilan.

Sans grande surprise, 71 % des chefs d’entreprise de proximité ont connu une baisse de chiffre d’affaires, dont 13 % font état d’une chute supérieure à 50 %. L’activité des entreprises de proximité est en recul de -12,5 % en 2020.

Les cafés, hôtels, restaurants les plus touchés

Le secteur le plus touché est celui des cafés, hôtels, restaurants, dont le chiffre d’affaires s’est contracté de 55 %. En revanche, 68 % des commerçants de l’alimentation ont réussi à maintenir ou à développer leur activité (+1,5 % en moyenne) par rapport à 2019.

Malgré ces résultats, les entreprises de proximité n’ont pas été trop  impactées sur le plan de l’emploi : 36 % d’entre elles n’ont rien modifié par rapport à la situation pré Covid-19, 63 % ont eu recours à l’activité partielle pour tout ou partie du personnel et seulement 2 % ont dû licencier (un score qui monte à 7 % pour les hôteliers cafetiers et restaurateurs).

D’autre part, une majorité d’entre elles (52 %) considèrent que la situation financière de leur entreprise est saine. Un quart ont subi d’importantes baisses d’activité mais comptent sur les dispositifs de soutien pour repartir en 2021, tandis que 8 % estiment qu’elles ne seront pas en mesure de rembourser les aides contractées et que 3 % anticipent une fermeture dans les prochains mois.


Le Fonds de Solidarité : dispositif privilégié
 

Parmi les dispositifs d’accompagnement les plus utilisés par les chefs d’entreprise figurent en premier lieu le Fonds de Solidarité (41 %), les reports de cotisations sociales et fiscales (un tiers des entreprises), le Prêt garanti par l’Etat (17 %), le report des prêts bancaires (13 %) à égalité avec les aides territoriales ainsi que les demandes de suspension des loyers professionnels (6 %).

Dans le secteur de l’hôtellerie-restauration, ce sont même 90 % des entreprises qui ont eu recours au Fonds de solidarité, et 63 % au PGE.

A noter que 45 % de ceux qui ont souscrit un PGE ne l’ont pas encore consommé mais que ceux qui l’ont utilisé, l’ont consommé en moyenne à 70 %.

Dans ce contexte, 68 % des artisans, commerçants et professions libérales demandent le maintien du Fonds de solidarité pour toutes les entreprises dont le chiffre d’affaires demeure inférieur de 50 % à son niveau de 2019. 60 % demandent une annulation des charges sociales de l’année 2020 pour les entreprises touchées par les fermetures administratives.