Logo cession commerce
Les entreprises de proximité peinent à recruter

Les entreprises de proximité peinent à recruter

 

Artisans et commerçants réalisent des embauches mais cette dynamique se heurte à des difficultés croissantes pour trouver de la main d’œuvre, selon le baromètre U2P sur l’embauche dans les entreprises de proximité.

 

Par Sophie MENSIOR - le 10/08/22

Près de 21 % des entreprises de proximité ont embauché au premier semestre 2022, contre 18 % au premier semestre 2021, indique le baromètre U2P sur l’embauche dans les entreprises de proximité au premier semestre 20200, réalisé avec l’institut Xerfi-Spécific.

A l’exception de l’artisanat du bâtiment et de l’alimentation, tous les secteurs d’activité ont ainsi augmenté ou maintenu leur niveau d’embauche. C’est dans les professions libérales du droit (+ 12 points), l’artisanat des services (+ 8 points) et l’artisanat de la fabrication (+ 7 points) que cette hausse est la plus marquée. Les besoins en main d’œuvre sont restés importants dans l’hôtellerie-restauration, qui conserve le taux d’embauche le plus élevé (31 %).

Cette hausse généralisée des embauches se double même d’une hausse du nombre moyen de salariés recrutés, qui s’établit à 1,8 contre 1,6 au premier semestre 2021. Tous les secteurs d’activité sont concernés, hors l’hôtellerie-restauration.

53 % des embauches en CDI

Toujours selon ce baromètre, les entreprises de proximité ont recruté en majorité (53 %) en CDI, les CDD représentant 38 % des contrats de recrutement. « Fidèles à leur ADN, elles continuent à recruter et à former massivement des apprentis et des alternants, qui représentent 9 % des embauches », commente l’U2P dans un communiqué.

Pour autant, note l’organisation professionnelle, les difficultés de recrutement s’accentuent : 35 % des entreprises y sont désormais confrontées, contre à peine 30 % un an plus tôt. Principal motif invoqué : l’absence de candidatures, citée par 71 % des entreprises interrogées « un niveau jamais vu ces cinq dernières années ». En outre, les problèmes de qualification, cités par 51 % des entreprises de proximité constituent toujours un obstacle majeur à leur développement.

Dans ce contexte, l’U2P préconise que les aides à l’alternance soient réservées aux entreprises de moins de 250 salariés, afin de sécuriser le financement de la formation professionnelle.