Logo cession commerce
Les entreprises de proximité retrouvent le chemin de la croissance

Les entreprises de proximité retrouvent le chemin de la croissance

Le chiffre d’affaires des entreprises de proximité est en hausse de 1,5 % au troisième trimestre 2017, après un score identique au trimestre précédent. Principaux bénéficiaires de cette embellie : l’artisanat, en particulier l’artisanat du bâtiment.

Par Sophie MENSIOR - le 08/11/17

Avec une croissance du chiffre d’affaires de 1,5 % au troisième trimestre (identique à celle du deuxième trimestre), la tendance s’inverse en 2017 pour les entreprises de proximité. Au dernier trimestre 2016 (hors professions libérales), celle-ci était bloquée à 0 %.

Les professions libérales et l’artisanat, en particulier l’artisanat du bâtiment, enregistrent même une croissance de 2 % sur la période, selon l’enquête réalisée en octobre 2017 par l’institut I+C pour l’U2P.  L’union des entreprises de proximité représentant 2,3 millions d’entreprises dans l’artisanat, le commerce de proximité et les professions libérales.

L’hôtellerie-restauration proche de l’équilibre

Si l’on rentre un peu plus dans le détail : l’activité de l’artisanat et de professions libérales s’accélère, celle du commerce de proximité et de l’hôtellerie-restauration se stabilise avec une baisse de 0,5 % au troisième trimestre (croissance nulle au trimestre précédent). Ce secteur approche néanmoins l’équilibre sur l’année, après une baisse de 4,5 % au troisième trimestre 2016.

Dans le même temps, l’enquête démontre une relative dégradation de l’opinion des professionnels sur leur trésorerie : seuls 13 % d’entre eux constatent une amélioration (-5 points par rapport au trimestre précédent), contre 19 % faisant état d’une détérioration (18 % au trimestre précédent).


Commerçants et hôteliers-restaurateurs plus pessimistes

Reflétant l’évolution contrastée selon les métiers, les chefs d’entreprise de l’artisanat et des professions libérales sont plus nombreux à anticiper une amélioration de l’activité au quatrième trimestre. De leur côté, commerçants de proximité et hôteliers-restaurateurs sont plus nombreux à mettre une opinion négative que positive : 27 % contre 24 %.