Cession Commerce

Les fumeurs indésirables

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

L'issue devenait inévitable. Le gouvernement, par la voix de son premier ministre Dominique de Villepin a décidé d'interdire, au 1er février 2007, le tabac dans les lieux publics (lycées, universités, entreprises, magasins). Comme en Italie, Irlande ou Scandinavie. La mission d'information parlementaire a réaffirmé le caractère proritaire de l'objectif de santé publique qui vise à lutter contre les méfaits du tabagisme, en particulier passif puisque l'on dénombre 5000 décès liés chaque année au fait que les non-fumeurs côtoient les fumeurs dans des lieux publics.

Une annonce qui a de quoi inquiéter les débitants de tabac, mais aussi les cafetiers et les restaurateurs. Conscients de l'impossibilité de lutter contre une proposition de loi soutenue par l'opinion publique et l'ensemble des parlementaires, les buralistes protestent, en revanche, contre la rapidité d'exécution du décret. Un délai leur a pourtant été octroyé puisqu'ils auront 1 an pour s'adapter. Trop court estime la CDT, ainsi que l'UMIH, qui réclament des aides et un délai de cinq ans pour mettre en place des pièces pour les fumeurs dans les bars-tabacs.

René Le Pape, son président, est particulièrement inquiet pour les établissements situés en zones rurales. On peut, toutefois, imaginer, même si le volet préventif a été dévoilé, que les inspecteurs feront preuve d'une certaine indulgence dans les premiers temps. Reste que cette décision risque de ne pas être sans conséquence. Et même si les industriels anticipent une baisse limitée de leurs ventes, comprise entre 3 et 5%, les buralistes vont devoir poursuivre leur diversification pour passer le cap. Une mesure déjà inscrite dans le contrat d'avenir du 18 décembre 2003, qui réglementait les compensations financières et incitait les professionnels à se diversifer pour consolider les revenus.

Même si cette annonce n'est pas réjouissante, il faut toutefois rappeler que les professionnels du secteur avaient bien résisté à la hausse des prix en 2003, leurs revenus augmentant même pour un certain nombre grâce aux compensations.

L'inquiétude est moindre dans les CHRD, même si l'UMIH attend du gouvernement des aides pour réaliser les aménagements nécessaires. Le Synhorcat a, pour sa part, suggéré l'institution d'une commission chargée d'évaluer et de définir les mesures d'accompagnement.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :


Notice: Trying to get property of non-object in /home/www/cession-commerce/public_html/include/footer.php on line 193

Notice: Trying to get property of non-object in /home/www/cession-commerce/public_html/include/footer.php on line 199
>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises