Cession Commerce

Les hôteliers indépendants saluent la plainte d'Arnaud Montebourg contre Booking

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

ooaa
Les hôteliers indépendants saluent la plainte d'Arnaud Montebourg contre Booking

Le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg a assigné le site de réservation en ligne Booking devant le Tribunal de commerce. Le groupement national des indépendants se réjouit de cette démarche.

Les hôteliers indépendants, réunis au sein du GNI (Groupement national des indépendants), se félicitent de la nouvelle plainte déposée par le ministre de l'economie Arnaud Monteboug contre le site de réservation en ligne Booking. Le GNI, qui regroupe la CPIH, la Fagiht et le Synhorcat, fédère 23 000 entreprises patrimoniales et indépendantes (hôtels, cafés, restaurants, établissements de nuit...)

Cette plainte déposée par l'Etat vise à faire application de la loi française aux contrats signés entre Booking et les hôteliers français. Ces contrats contiennent en effet une "clause de parité", qui oblige les hôteliers à vendre leurs chambres au même tarif, quelque soit le canal de distribution, en direct ou par Online Travel Agency (OTA). Une clause restrictive de concurrence, selon le GNI, qui appelle à son interdiction depuis des années.

Selon un communiqué du ministère de l'économie, "cette clause empêche les hôteliers de consentir des réductions aux clients qui les contactent directement. Ils perdent ainsi une opportunité de concurrencer Booking et de reprendre le contrôle de la relation avec le client. Cela nuit à la fois à la compéttitivité du secteur hôtelier, qui est privé d'une possibilité de s'affranchir des commissions versées à Booking, et aux consommateursn, qui ne peuvent pas faire jouer la concurrence entre les différents canaux de distribution et obtenir ainsi de meilleurs tarifs".

Pour les 3 co-présidents du GNI, Didier Chenet, Claude Daumas et Gérard Guy "cette plainte va dans le bon sens. Une autre solution pourrait consister à interdire ces clauses par la loi. Ce n'est pas la solution retenue à ce jour, mais la justice est en marche".

En novembre dernier, le gouvernement avait déjà assigné en justice le groupe Expedia, dont les contrats comportaient des clauses entravant significativement la liberté commerciale et tarifaire des hôtels.

Arnaud Montebourg déclare "rester particulièrement attentif à ce que soit préservé l'équilibre contractuel entre les plateformes de réservation-permettant une meilleure visibilité à l'international de l'offre hôtelière- et les hôteliers qui doivent conserver la capacité d'investir dans la modernisation du parc".

Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises