Cession Commerce

Les hôteliers vent debout contre le projet de partenariat SNCF- Airbnb

Par Sophie MENSIOR - Le 26 / 04 / 2017
Suivre sur Twitter

Les hôteliers vent debout contre le projet de partenariat SNCF- Airbnb

Les hôteliers sont en colère contre le projet de partenariat entre la plate-forme collaborative AirbnB, bête noire du secteur et le site de vente en ligne voyages-sncf.com. Une rencontre est prévue avec les acteurs de l'hôtellerie afin de calmer le jeu.

L’annonce imminente d’un partenariat entre la SNCF, via sa filiale voyages-sncf.com et la plate-forme de location d’appartement entre particuliers Airbnb provoque des remous. Son principe, qui doit faire l’objet d’un test dans un premier temps avant une généralisation en  2016 : le site de vente en ligne de billets de train veut proposer à ses clients de mettre en location leur logement pendant leur absence sur la plate-forme Airbnb.

Dans un communiqué le GNI, syndicat au service des hôteliers indépendants s’étonne 'du partenariat entre une filiale de la SNCF, subventionnée à hauteur de plusieurs  milliards euros par l’Etat et les contribuables français  et une multinationale qui use de toutes les failles du système fiscal français pour ne déclarer que 2 % de son chiffre d’affaires en France et ne créer quasiment aucun emploi."

"Tour de passe-passe fiscal et social"


« Comment cette société publique peut-elle nouer un partenariat avec cette société  de services étrangère qui réalise près de 300 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel et qui, dans le même temps, s’arrange et réussit le tour de passe-passe fiscal et social consistant à ne payer que 2 % de son chiffre d’affaires et à ne déclarer que 30 salariés ! Qui plus est, est-ce le rôle de la SNCF de distribuer des billets gratuits aux frais des contribuables à une société  privée ? ! », s’interroge Didier Chenet, président du Synhorcat et du GNI.

Pour autant, le syndicat hôtelier rappelle qu’il ne s’oppose pas à ces plates-formes de location à condition qu’elles respectent et fassent respecter les obligations fiscales, sociales et réglementaires. "Souhaitant une concurrence saine et équitable pour tous les acteurs de l’hébergement touristique",  il reformule sa proposition de déclaration et d’enregistrement préalables des locations touristiques, quelles qu’elles soient.

Dans ce contexte pour le moins tendu, voyages-sncf  a annoncé qu’elle allait rencontrer les acteurs de l’hôtellerie sur ce dossier.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises