Logo cession commerce
Les librairies reconnues comme commerces essentiels

Les librairies reconnues comme commerces essentiels

Par décret du gouvernement, les librairies pourront rester ouvertes en cas de confinement. Elles sont désormais considérées comme des commerces essentiels.

 

Par Sophie Mensior - le 03/03/21

C’est une victoire pour le monde du livre et de la lecture. Selon un décret publié vendredi 26 février 2021 au Journal Officiel, les librairies sont désormais intégrées dans la liste des commerces dits « essentiels », et pourront donc rester ouvertes malgré le confinement, en respectant les horaires imposés par le couvre-feu.

Ainsi elles pourront ouvrir les samedis et dimanche entre 6 h et 18h, précise le décret, alors que les villes de Dunkerque et Nice ont déjà vécu leurs premiers week-ends confinés et que d’autres villes pourraient suivre, en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

Lors du confinement de novembre dernier, les libraires avaient été autorisés à vendre sur le seuil de leur porte des ouvrages réservés en click and collect. Mais elles ne pouvaient pas accueillir du public car considérées comme non essentielles. Cette mesure avait été unanimement dénoncée par les libraires, les écrivains et éditeurs.

Mobilisation de toute une profession

« Cette décision est une reconnaissance de la mobilisation de toute une profession et au-delà de la filière du livre dans son ensemble, ainsi que des lecteurs eux-mêmes », a commenté le Syndicat de la librairie française (SLF) dans un communiqué. C’est également « le fruit de l’action de la ministre de la culture, Roselyne Bachelot et du ministre de l’économie, Bruno le Maire, dont la conviction et l’engagement en faveur des librairies et du livre doivent être salués », a ajouté le syndicat.

Il a par ailleurs souligné que « la profession fut l’une des premières à élaborer son propre protocole sanitaire, elle veille à une application stricte des mesures sanitaires et des gestes barrières ».

Pour le syndicat, le maintien de l’ouverture des librairies, là où le confinement s’applique, c’est-à-dire d’ores et déjà à Dunkerque et à Nice, réduira le préjudice économique lié à l’interdiction d’accueillir le public.