Cession Commerce

Les mutations du commerce en Loire-Atlantique

Par Sophie MENSIOR - Le 26 / 04 / 2017
Suivre sur Twitter

Entre 2010 et 2014, les surfaces de vente se sont accrues en Loire-Atlantique, mais le nombre de commerces est en légère baisse. La dynamique est très favorable aux zones commerciales, ce qui n'est pas le cas pour les centres-villes.

Comment se porte le commerce en Loire-Atlantique ? Deux documents publiés par la CCI Nantes St-Nazaire, l’un sur le panorama de l’appareil commercial et l’autre sur les mutations rapides du commerce,  permettent d’en savoir plus.

En  voici les principales conclusions :

Les 9 200 magasins offrent presque 2 millions de surface de vente, animent 400 pôles commerciaux et pourvoient l’équivalent de 41 000 emplois. L’hygiène-santé (30 % des commerces de moins de 300 m² et 26 % des surfaces de vente) et l’alimentaire (22 % des points de vente et 20 % des surfaces de vente) dominent le paysage des commerces de moins de 300 m². Ces deux activités s’inscrivent dans une dynamique favorable  entre 2010 et 2014 avec une progression des points de vente de respectivement 3 et 2 % et des surfaces de vente de 6 et 2 %.

L’équipement de la personne (18 % des points de vente) complète le tableau des activités très présentes parmi les moins de 300 m². A l’opposé,  le nombre de commerces et les surfaces de vente des produits culture/loisirs sont en baisse de respectivement -6 et -5 %, signe d’une concurrence de plus en plus forte de l’e-commerce.

Les surfaces de vente se sont nettement accrues depuis 2010 dans le département mais le nombre de commerces n’a lui presque pas évolué (légère baisse).

Evolution des pratiques d'achats


Autre constat : une croissance du nombre de magasins dans les espaces à la démographie la plus dynamique, à l’inverse une baisse dans les espaces de plus faible croissance, inclus Nantes Métropole (où se concentre environ la moitié de l’offre départementale).

La dynamique est très favorable aux zones commerciales : les centres-villes accueillent toujours les deux-tiers des commerces mais en perdent-tandis que les zones commerciales s’étoffent.

Enfin, ces études constatent des évolutions contrastées du nombre de magasins selon les secteurs, sous l’influence de l’évolution des pratiques d’achats : des secteurs marqués par l’accroissement des achats en ligne (multimédia notamment), d’autres à l’inverse qui surfent sur l’attente de conseil et de visualisation des produits (accessoires d’habillement, parfumerie, alimentaire spécialisé…), d’autres encore se réorganisent sous l’impact de la plus grande valeur donnée au temps et au choix en un même lieu (habillement, alimentaire généraliste…)
 

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises