Logo cession commerce

Les repreneurs ont besoin du retour d’un climat de confiance

Par Cyril ANDRE - le 17/12/18

Les repreneurs et les cédants qui ont besoin d’un climat de confiance pour engager et mener à bien leur opération de cession ou de reprise sont bien circonspects après plus d’un mois de crise des gilets jaunes. En particulier dans les secteurs du commerce et de l’artisanat, l’impact des manifestations, des blocages et des violences a été important.

Procos (Fédération pour la promotion du commerce spécialisé) vient de livrer des précisions chiffrées sur l’activité d’un mois de novembre décidément particulier pour le commerce spécialisé. Le chiffre d’affaires global du secteur accuse une baisse de 6,8 %. Le début du mois a été bon grâce, notamment à une météo qui s’est refroidie. Le Black Friday a connu un succès variable. Puis, comme le souligne Procos, le premier week-end d’action des gilets jaunes a marqué un coup d’arrêt à cette embellie d’activité. « L’impact sur le chiffre d’affaires a été considérable », assure la Fédération.

La fin décembre ne pourra pas redresser la situation

Sur ce mois de novembre si particulier, ce sont les moyennes surfaces de périphérie qui ont subi le plus d’impact avec une baisse de 10,1 % de leur activité. Il s’agit du plus mauvais mois de novembre depuis de très nombreuses années. Le recul pour les commerces de centre-ville ressort à – 5,5 %.
Toujours du fait des gilets jaunes, les deux premières semaines de décembre se sont également avérées très difficiles. L’observatoire  de la fréquentation des magasins Procos / Stackr mesure  une chute moyenne de 12,5 % des entrées magasins sur l’ensemble du territoire. Cette baisse pouvant aller sur certains sites jusqu’à – 30 %.

Selon les chiffres de Procos, de nombreux réseaux ont connu une baisse d’activité de l’ordre de 25 % depuis le début du mois de décembre. Soulignons que les enseignes n’ont pas constaté de report significatif de leur vente par le canal d’internet. « La fin décembre ne permettra pas de redresser la situation, mais espérons qu’elle ne contribuera pas à la dégrader davantage », notent les analystes de Procos.