Cession Commerce

Les spécialistes de la bijouterie fantaisie retrouvent le sourire

Par Sophie MENSIOR - Le 26 / 04 / 2017
Suivre sur Twitter

 Les spécialistes de la bijouterie fantaisie retrouvent le sourire

Le chiffre d'affaires des enseignes de bijouterie fantaisiste devrait croître en 2015 et 2016. Dans un univers très concurrentiel, elles cherchent à mettre en valeur leur parc de points de vente, selon une étude menée par Xerfi.

La bijouterie fantaisie reprend des couleurs. Après un léger recul en 2014, le chiffre d'affaires des enseignes physiques du panel Xerfi devrait augmenter de 1 % en valeur en 2015 puis de 3 % en 2016, selon les experts de l'institut d'études, qui ont réalisé une étude sur ce secteur. Si le bijou est  désormais considéré comme un accessoire de mode, la crise est passée par là : les comportements d'achats priviliégiant les achats malins (petit prix, soldes..) vont rester bien ancrés dans les habitudes des consommateurs.

Un univers très concurrentiel
Selen les experts de Xerfi, ce marché n'a jamais été aussi concurrentiel. Les commerçants de détail y voient un relais de croissance. Ainsi certaines bijouteries traditionnelles développent et valorisent leur offre de bijouterie fantaisie, comme Cleor lors de l'inauguration de son nouveau concept de boutiques en en août 2014. Les chaines de prêt-à-porter (Camaieu, Zara) mais aussi les grandes surfaces alimentaires (Carrefour, Leclerc) ou encore les enseignes de luxe (Hermès, Bernardeau) se positionent également.
Enfin, les pure players spécialisés montent en puissance  : ces plateformes multimarques (Bijourama, Grain d'Folie) et monomarque (Atelier de Famille, les Poulettes...) fidélisent leur clientèle en proposant un vaste choix de bijoux et services personnalisés.

Revaloriser le réseau de magasins
Pour riposter face à la concurrence, les spécialistes de ce secteur cherchent d'abord à revaloriser leur réseau de magasin. Certains opérateurs choisissent de le rénover ou de développer de nouveaux concepts de vente. Par exemple Moa et son "Concept Premium" ou Cécile & Jeanne, qui a développé le Bar à Bijou...
Ils cherchent aussi à étendre leur parc de point de vente pour reprendre des parts de marché aux circuits concurrents. C'est le cas de Réserve Naturelle, qui a ouvert 60 magasins entre 2009 et 2014 ou de Moa, qui compte en ouvrir 25 à 35 d'ici 2016.

Enfin ils redoublent d'efforts dans leur stratégie de communication, par des partenariats  noués avec des célébrités, des spots de publicité, des outils digitaux (réseaux sociaux, blogs, newsletters...) Pour l'instant, seuls trois opérateurs dans le panel Xerfi, disposaient d'une fonctionnalité web-to-store à mi 2015 (Agatha, Lollipops et Claire's).

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises