Cession Commerce

Les ventes de meubles restent dans le rouge au premier semestre 2014

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

Les ventes de meubles restent dans le rouge au premier semestre 2014

Le marché du meuble est en recul de 2,5 % au premier semestre 2014. Les professionnels du secteur interpellent le gouvernement pour la mise en place de mesures de soutien à la consommation.

Toujours pas d'amélioration en vue pour le marché du meuble. Après deux années de baisse consécutives (-3 % % en 2012; -2,9 % en 2013), il enregistre sur le premier semestre 2014 une baisse des ventes de meubles de 2,5 % à surfaces évolutives et euros constants. Si ce résultat s'avère meilleur que celui du premier semestre 2013 (-3,8 %), la tendance est toutefois inverse avec des résultats mensuels, qui se dégradent au fur et à mesure.  Ainsi viennent de l'annoncer les acteurs de la filière, à savoir la Fnaem (Fédération française du négoce de l'ameublement et de l'équipement de la maison), l'Unifa (Union nationale des industries françaises de l'ameublement) et l'Ipea (Institut de prospective et d'études de l'ameublement).

C'est la literie, qui tire son épingle du jeu comme en 2012 et 2013, et qui enregistre la plus forte croissance de ses ventes en valeur. Celles de banquettes sont en progression tands que les ventes de canapés se contractent légèrement.
En retrait également : les ventes de meubles de salles de bains, de cuisines et de meubles meublants. Pour les acteurs de la filière : " les chutes de mises en chantier de logements et des transactions immobilères continuent de peser sur les ventes".

Des raisons d'espérer
Malgré tout, des raisons d'espérer existent dans ce tableau morose. Eurostat a récemment confirmé une légère reprise des exportations françaises de meubles (+2 %) en 2013, et parallèlement une diminution des importations (-10 %). Cette embellie des exportations résulte notamment des efforts engagés par les industriels français pour rechercher de nouveaux marchés, notamment aux Etats-Unis (+57 %), afin de compenser le recul des marchés intérieurs et européens.

Dans ce contexte, fabricants et distributeurs appellent le gouvernement à mettre en oeuvre des actions concrètes et rapides, comme l'instauration d'une réduction d'impôts pour l'achat de meubles neufs. Les premières estimations de cette mesure, mise en place en Italie pour 2013 et les années suivantes, pourrait rapporter plus de 200 millions d'euros annuel au secteur.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises