Cession Commerce

Malgré une augmentation en mars, la consommation recule au premier trimestre

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 04 / 2015
Suivre sur Twitter

ooaa
Malgré une augmentation en mars, la consommation recule au premier trimestre

La consommation des ménages a augmenté en mars. Pour autant, elle recule sur l'ensemble du premier trimestre, selon l'Insee. Dans ce contexte morose, un projet de loi sur la consommation vient d'être présenté en Conseil des ministres.

L'Insee vient de l'annoncer, dans sa dernière note de conjoncture : les dépenses de consommation, des ménages ont augmenté de 1,3 % en mars, après avoir diminué de 0,2 % en février. Malgré cette hausse du mois de mars, elles reculent de -0,4 % sur l'ensemble du premier trimestre 2013 après -0,1 % au quatrième trimestre 2012.

La hausse des dépenses de mars est principalement imputable au rebond des achats alimentaires (+2,6 %) et au dynamisme de la consommation en énergie (+2,8 % après deux mois consécutifs de hausse en janvier puis en février), " en raison de températures de nouveau inférieures aux normales saisonnières", indique l'institut de statistiques.

En mars, les dépenses en biens durables sont restées quasiment stables (-0,1 %) mais sont en baisse de 3,9 % sur l'ensemble du premier trimestre. Les dépenses en automobile ont notamment diminué en mars (-0,9 %), et compte-tenu de leur chute en janvier (-11 %) reculent fortement sur l'ensemble du trimestre (-6,8 %).
Dans le rouge également : la consommation en textile-cuir qui continue de baisser en mars (-2,9 %) après un mois de février morose (-4,8 ). Sur l'ensemble du premier trimestre, elle est en baisse de 1,7 % (après -0,7 %).

Protéger le consommateur
C'est dans ce contexte plutôt difficile, que vient d'être présenté en Conseil des Ministres le projet de loi sur la consommation défendu par Benoît Hamon. Celui-ci vise à rééquilibrer les pouvoirs entre consommateurs et professionels et améliorer la protection des consommateurs.

9 mesures principales sont prévues. La mesure "phare" étant celle de l'action de groupe, qui permet à plusieurs personnes victimes d'un même dommage de demander collectivement réparation.
Figurent ensuite la lutte contre les clauses abusives, la modernisation et le renforcement des moyens d'action de la DGCCRF, le renforcement des sanctions pour les auteurs de fraudes économiques, la lutte contre le surendettement et l'encadrement du crédit à la consommation, l'assouplissement des conditions de résiliation des contrats d'assurance, le renforcement des droits des consommateurs sur Internet, la création d'indications géographiques pour les produits manufacturés et enfin le développement de modes de consommation responsables.

Reste à savoir si ce projet de loi aura un impact sur le pouvoir d'achat des Français ? Selon Benoit Hamon, interrogé par les internautes du journal Le Monde : "l'action de groupe, qui est aussi une mesure de dissuasion, redonnera du pouvoir d'achat au consommateur." Comme l'indique Jean-Marc Ayrault dans le même article : "ce projet de loi règle une partie des problèmes, il protégera mieux les consommateurs d'abus, mais n'a pas prétention de régler tous les problèmes de pouvoir d'achat."

Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises