Cession Commerce

Nouvelle Aquitaine : une aide à la création de TPE

Par Sophie MENSIOR - Le 07 / 05 / 2019
Suivre sur Twitter

Nouvelle Aquitaine : une aide à la création de TPE

Afin de maintenir les commerces et services essentiels à la population dans certains territoires, la Région Nouvelle Aquitaine propose une aide à la création de TPE. Pour en bénéficier, il faut remplir certaines conditions.

La région Nouvelle Aquitaine veut renforcer son économie territoriale, notamment sur les territoires fragiles, les quartiers prioritaires de la politique de la ville afin d’assurer le maintien des commerces et services considérées comme essentiels à la population.

Dans cet objectif, elle propose une aide à la création de TPE (Très petites entreprises).  Celle-ci est accordée pour les projets présentant un caractère innovant ou permettant d’introduire une activité de commerce ou de services essentiels à la population, lorsqu’il y a carence de l’offre. Elle permet de consolider le plan de financement, en complément des financements bancaires et autres…

Qui peut en bénéficier ? Elle est éligible aux TPE, immatriculées depuis moins de 6 mois (dont le siège social est domicilié en Nouvelle-Aquitaine), et créées par des personnes éloignées de l’emploi, des jeunes de moins de 30 ans et des salariés qui créent leur emploi à temps plein.

Parcours d’accompagnement

Depuis le 1er avril 2018, cette aide régionale à la création d’entreprises est conditionnée à, un parcours d’accompagnement, adapté aux différents profils de créateur. Ce parcours peut être effectué par différentes structures :  les partenaires du dispositif  "Entreprendre, la Région à vos côtés" et d’autres structures d’accompagnement telles que les pépinières, les incubateurs, cabinets conseils (expert-comptable…)

Montant de l’aide : Il s’agit d’une subvention d’un montant de 4 000 € à 10 000 € maximum, définie en fonction du projet, de la situation de l’entreprise, du bénéficiaire et du territoire. Elle est plafonnée au montant des fonds propres (minimum 4 000 €)

Certaines activités ne peuvent en bénéficier : les commerces d’une surface de vente supérieure à 300 m² (grande distribution) ; les entreprises en procédure collective (redressement ou liquidation), les professions libérales règlementées et/ou régies par un Ordre, les professions liées à l’ésotérisme, les activités de bien-être non réglementées, les secteurs d’activité exclus par les règlements européens, les activités liées à l’immobilier et à l’intermédiation bancaire, les activités médicales.

A noter que cette aide n’est pas cumulable avec l’aide au primo-développement.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises