Cession Commerce

Numérique : les TPE à la traîne

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 04 / 2015
Suivre sur Twitter

Numérique : les TPE à la traîne

Si les grands groupes et les grandes sociétés sont bien présents sur le Web, il n'en va pas de même pour les TPE (Très petites entreprises), qui accusent un gros retard dans le domaine du numérique, que ce soit en termes de présence sur Internet, de modes d'existence sur le Web, et d'usage de la messagerie électronique.

Selon une étude menée par la FCGA (
Fédération des centres de gestion agréés) au 3ème trimestre 2010, pas loin des 2/3 des entrepreneurs interrogés (62 %) déclarent n'être toujours pas présents sur Internet. "Les différents dispositifs  publics destinés à rattraper le temps perdu, comme le Passeport pour l'Economie numérique semblent ne pas être parvenus à réduire la fracture technologique dans les petites entreprises", commente la Fédération.

Les entrepreneurs présents sur Internet privilégient les solutions communes comme les sites développés avec d'autres professionnels ou les sites de groupement et autres structures collectives. Lorsqu'ils font le choix d'apparaître en solo sur la toile, 44,3 % des dirigeants interrogés optent pour un site dédié à leur activité professionnelle.

Les sites des banques (72,8 %) arrivent en tête des sites les plus souvent consultés par les entrepreneurs. Le gain de temps précieux pour les petites structures constituant le principal avantage. Les sites des fournisseurs (40,7 %) arrivent en seconde position tandis que ceux des administrations (28,5 %) se trouvent au 3ème rang.

Enfin, si la messagerie électronique est totalement banalisée dans la vie quotidienne personnelle, elle peine à s'imposer dans la vie professionnelle des petites entreprises. Pour preuve : un gros tiers d'entre elles (36 %) confient même ne jamais y recourir ! Un entrepreneur sur 5 (21 %) l'utilise occasionnellement, ce qui fait 57 % de "réfractaires". Seulement 43 % d'entre eux indiquent s'en servir régulièrement.

Pour les TPE, il s'agit de combler ce retard, soit  "5 années à rattaper par rapport à nos voisins européens",selon Jean-Michel Yolin, vice-président de la section innovation et entreprises au ministère de l'Economie. Pour lui, "la maîtrise du numérique constitue un véritable enjeu de compétitivité".

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises