Cession Commerce

Ouverture du dimanche : selon la CGPME, le commerce indépendant ne doit pas être sacrifié

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 04 / 2015
Suivre sur Twitter

Si elle n'est pas opposée à un toilettage du travail dominical, la CGPME se déclare contre une généralisation brutale, qui reviendrait à sacrifier le commerce indépendant...

Le dossier du travail le dimanche vient de connaître un nouvel épisode : il  pourrait être légiféré par ordonnances par le gouvenerment. Suite à cette annonce,  les réactions n'ont pas tardé à se manifester. A commencer par celle de la CGPME, confédération générale des petites et moyennes entreprises.

Pour la confédération, il est positif que le gouvernement veuille agir vite, "pour autant, on peut légitimement s'interroger sur l'urgence concernant le travail dominical et le lien direct avec la croissance alors qu'on sait qu'un achat effectué le dimanche ne sera pas fait le lundi, le pouvoir d'achat du consommateur n'étant pas extensible."

Pas de généralisation brutale
Sur le fond, si la CGPME n'est pas opposée à un toilettage dominical notamment sur la définition des zones touristiques, elle s'oppose à une généralisation butale "qui reviendrait à sacrifier le commerce indépendant sur l'autel du commerce intégré de la grande distribution".

Pour l'organisation patronale,  "le commerce de proximité, lien social unique, doit avoir les moyens de continuer à exister et de faire valoir ses nombreux atouts dans un cadre concurrentiel équilibré face à une grande distribution disposant de moyens financiers colossaux." Et de rappeller "qu'une commune sur deux n'a déja plus un seul commerce..."

Jean-François Roubaud, le président de la CGPME doit aborder ce sujet lors d'un prochain échange avec Emmanuel Macron, ministre de l'Economie.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises