Cession Commerce

Plus d'une reprise sur deux dans le commerce ou l'hébergement-restauration

Par Sophie MENSIOR - Le 26 / 04 / 2017
Suivre sur Twitter

ooaa
Plus d'une reprise  sur deux dans le commerce ou l'hébergement-restauration

Au premier trimestre 2015, les reprises de fonds de commerce ont reculé de 12 %. 19 947 activités ont été rachetées au prix moyen de 184 600 €. La restauration et le commerce de détail concentrent, sans surprise, 40 % des échanges.

Le baromètre Boddacc, réalisé en partenariat avec Altares, a  livré le point d'étape pour le premier semestre 2015 des ventes et cessions de fonds de commerce en France (bâtiment, commerce, industrie ou services). Il ressort qu'à la mi-année, 2015 accuse un retard sensible avec moins de 20 000 reprises, soit un recul de 12 % par rapport à la même période 2014. Depuis  cinq ans, chaque premier semestre comptabilise  en moyenne plus de 22 000 transactions.

Le prix moyen des fonds de commerce peine lui aussi à résister et baisse de 3 % à 184 600 ¤. Les acheteurs auront ainsi dépensé en moyenne 6 400 ¤ de moins que début 2014 pour reprendre une activité. Au total, quelques 4,5 milliards d'euros auront changé de main sur les six premiers mois de l'année.

Commerce et CHR  concentrent plus de la moitié (54 %) des transactions.

Le commerce de détail comptabilise à lui seul 3 900 reprises, chiffre en recul de 19 % par rapport à 2014. C’est dans le détail alimentaire que la volumétrie est la plus forte avec près de 830 échanges (‐ 8 %). Les fonds de commerce y ont été repris en moyenne à 127 000 ¤ (‐ 10 %).

Pour les magasins multi‐rayons, le nombre de transactions chute sévèrement (‐ 39 %) et retrouve un volume habituel (630) après un début d’année 2014 anormalement haut, au‐delà du millier d’échanges. Ces magasins ont été repris en moyenne à 211 000 ¤ (+ 29 %).

La baisse du nombre d’échanges est également très sensible (‐ 24 %) dans les commerces de sports et loisirs ou d’habillement. À respectivement 266 et 517, ces activités affichent des chiffres au plus bas. Si les valorisations se stabilisent à 169 000 ¤ pour les sports et loisir, elles grimpent de 17 % dans l’habillement à 159 000 ¤. C’est dans le soin de la personne et l’optique que les prix restent les plus hauts, tirés par les pharmacies dont le prix moyen des fonds se situe à 1,150 millions d’euros.

La restauration demeure dynamique avec plus de 3 600 établissements cédés (‐ 19 %), nombre qui s’effrite chaque année depuis 2012 où 5 500 restaurants étaient alors transmis. Les restaurants traditionnels se sont vendus en moyenne à 161 000 ¤ contre 76 000 ¤ pour la restauration rapide.
Après trois années de baisse, les débits de boisson font partie des rares activités bien orientées ce début d’année avec 1 300 transmissions (+ 37 %) après avoir atteint un point bas à 950 cessions un an plus tôt.

Les métiers de la boulangerie‐pâtisserie et bâtiment comptent chacun plus de 800 transactions sur les six premiers mois 2015. Pour les premiers, le volume des échanges tombe de 965 à 819 pour un prix de cession qui s’établit en moyenne à 177 000 ¤.

Quant aux activités de coiffure et soins de beauté, elles comptent plus de 800 reprises mais s’inscrivent sur une tendance en retrait régulier depuis 2010 où plus de 1 300 établissements étaient encore cédés chaque semestre. Si pour les instituts de beauté, le prix de vente se stabilise à 48 000 ¤ ; pour les coiffeurs en revanche, ce montant tombe de 64 000 à 54 000 ¤.

Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises