Cession Commerce

PME : les chefs d'entreprise toujours inquiets

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 04 / 2015
Suivre sur Twitter

Plus de la moitié des chefs d'entreprise de PME sont inquiets pour leur propre activité. Quant aux problèmes de financement ou de trésorerie, ils atteignent ces six derniers mois un niveau record, selon le baromètre KPMG-CGPME.

Depuis septembre 2011, plus de 8 dirigeants de PME  sur 10 se disent préocuppés par le contexte économique. Mais depuis un an l'inquiétude est maximale, constate le baromètre KPMG -CGPME sur le financement et l'accès au crédit des PME. En effet, en janvier 2014, 90 % des dirigeants se déclarent inquiets, dont un tiers "très inquiets" (30 %). Plus de la moitié des chefs d'entreprise interrogés sont dorénavant aussi inquiets pour leur propre activité, 60 % en janvier 2014 (en hausse de 7 points par rapport à septembre 2013).

Parmi les principaux problèmes rencontrés : la baisse du chiffre d'affaires et la hausse des coûts des fournisseurs, qui sont évoqués par près de la moitié des dirigeants, respectivement 54 et 48 % en janvier 2014. Quant aux problèmes de trésorerie ou de financement, ils atteignent ces 6 derniers mois le niveau record de 36 %.

Autolimitation des investissements
Deux chefs d'entreprise sur trois ont au moins un besoin de financement (67 % en janvier 2014). Le baromètre constate que les patrons interrogés sont de plus en plus nombreux à restreindre leurs investissements et leurs demandes de crédit auprès des banques (actuellement 37 à 38 % depuis mai 2013).

D'ailleurs depuis le début de l'année 2013, davantage de chefs d'entreprise sont confrontés à au moins une mesure de durcissement de la part de leurs banques (77 % en janvier 2014, soit de 10 points de plus par rapport à mars 2013) : les frais de crédits ou l'octroi de montants plus faibles que ceux souhaités, des garanties supplémentaires sont demandées à plus de 4 chefs d'entreprises sur 10, les demandes de co-financement et les réductions de facilités de trésorerie concernent un dirigeant sur 3, soit respectivement 32 et 29 % en janvier 2014.

Depuis un an, environ 40 % des patrons interrogés déclarent avoir l'intention de revoir leurs lignes de crédits et près d'un dirigeant sur deux envisage d'examiner les conditions d'autres banques concurrentes (45 % en janvier 2014).

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises