Cession Commerce

Prêt-à-porter féminin : les ventes se sont stablisées en 2014

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

Prêt-à-porter féminin : les ventes se sont stablisées en 2014

Après 6 années de recul, les dépenses de prêt-à-porter féminin ont légèrement frémi, dans un contexte de reprise des achats en nombre de pièces, selon le bilan de la Fédération française du prêt-à -porter féminin.

En 2014, le prêt-à-porter féminin a résisté : les Françaises ont consacré 10,8 milliards d'euros à ce type d'achat (+0,1 % par rapport à 2013), et l'année a été sauvée par une bonne orientation des ventes au premier semestre, selon le bilan annuel de la Fédération française du prêt à porter féminin. Un léger frémissement qui intervient alors que les dépenses ont diminué de 9,7 % depuis le début de la crise en 2008.

Et bonne nouvelle pour ce secteur : pour la première fois depuis 6 ans, les quantités achetées se sont redressées : +1,5 % en 2014 par rapport à 2013." La mode séduit toujours les femmes, elles ont envie de consommer mais reportent leurs achats vers des vêtements plus légers et moins onéreux", estime la fédération.

Un budget moyen de 387 euros
Le budget moyen d’une femme pour ses achats de vêtements s'élève à 387 euros en 2014. Avec un budget de 620 €, les 13/24 ans sont de grandes consommatrices de mode. 26 % des dépenses de prêt-à-porter féminin sont réalisées par cette tranche d'âge, elles représentent 16,2 % de la population féminine. Ce sont les 19/24 ans, qui y consacrent la somme la plus élévée, 691 €, "soit un chiffre supérieur de 78 % au budget moyen des françaises", selon l'étude de la fédération.

Quant aux circuits de distribution, le trio de tête reste inchangé : les chaînes spécialisées (H&M, Zara...) sont numéro 1 avec 34,6 % des sommes dépensées, les magasins multimarques avec 19 % sont en deuxième position en léger recul, en numéro 3 les grandes surfaces spécialisées (La Halle, Gémo, Kiabi...) avec 10,3 % des sommes dépensées.
Arrivent ensuite la vente à distance, les autres circuits (pure players sur Internet...), les grands magasins, la grande distribution alimentaire, les magasins de sport et les magasins populaires (Monoprix...)
A noter qu'en 2014, 14,9 %des achats en valeur de PAP féminin étaient réalisés sur le Net contre 13,4 % en 2013.

Pour l'année 2015, la Fédération française du prêt-à porter féminin prévoit une stabilisation. Dans un contexte où le rythme de croissance de la consommation devrait se maintenir à + 0,3 % (une progression de +0,4 % est prévue au premier semestre 2015),  soutenue par la progression du pouvoir d'achat.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises