Cession Commerce

Rachat de fonds de commerce : stabilisation au premier semestre 2014

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 04 / 2015
Suivre sur Twitter

Rachat de fonds de commerce : stabilisation au premier semestre 2014

22 600 activités ont été rachetées au prix moyen de 191 000 euros, au premier semestre 2014, selon le baromètre Bodacc-Altares. Le commerce et l'hébergement restauration concentrent plus de la moitié des transactions.

Au premier semestre 2014, le nombre de transactions de fonds de commerce s'est stabilisé : 22 638 opérations ont été réalisées soit un volume comparable à celui constaté au cours du premier semestre 2013 (22860). En dépit d'une croissance laborieuse, la valeur des fonds est elle aussi préservée. Les rachats se sont conclus en moyenne à 191 870 euros. Cinq milliards d'euros ont ainsi changé de mains au cours de ce premier semestre 2014. Tels sont les grands enseignements du dernier  baromètre Bodacc-Altares, qui apporte un éclairage sur les ventes et cessions de fonds de commerce en France (bâtiment, commerce, industrie ou services).

Près de 8 rachats sur 10 (19 000) ont été réalisées par des structures de moins de 10 salariés, les micro structures sans salarié constituant l'essentiel. Les seules TPE de 1 à 9 salariés portent encore plus du quart des transactions mais leur nombre recule sensiblement  (-11,5 %). "Fragiles depuis quelques mois, ces TPE manquent à la fois d'activité et de financement pour se positionner sur la reprise de fonds de commerce", estime le baromètre Bodacc-Altares.

Le commerce et l'hôtellerie-restauration demeurent les moteurs de la reprise de fonds de commerce, concentrant plus de la moitié des opérations. Cependant, ce sont l'industrie et les services, qui tirent la création de valeur avec des prix de cession en hausse de plus de 7 %.

Restauration : recul sensible des transactions

La restauration est encore le premier contributeur au "marché" de la reprise de fonds de commerce. Toutefois les échanges sont en recul sensible sur ce début d'année : 4 400 activités de restauration ont été reprises contre 5100 il y a un an et 5 500 les années précédentes. La restauration traditionnelle, qui concentre les deux tiers des transactions, compte 16 % de reprises en moins sur un an et un prix de cession en retrait de 6 % à 157 000 euros. La restauration rapide a perdu 7 % de reprises pour un prix de vente en recul de 11 % à 84 000 ¤.

Dans le commerce, l'essentiel des échanges (83 %) s'opère dans les activités de détail. Parmi celles-ci, le commerce de magasins multi-rayons comprenant principalement les activités de commmerce d'alimentation générale et de supermarché.
Traditionnellement, ces métiers comptabilisent 650 à 700 reprises de fonds par semestre, en  2014 le seuil du millier de rachats est franchi. Cette accélération dope le prix moyen, qui a doublé sur un an et atteint plus de 360 000 euros.

Le commerce de détail alimentaire est également attractif : il a convaincu 900 repreneurs sur la base d'un prix moyen de 135 000 ¤. Suivent le commerce et réparation automobile  (800 reprises à 120 000 euros en moyenne), l'habillement et le soin de la personne (& optique), qui comptent chacun 680 reprises.

Dans le prêt-à-porter, le prix de cession est de 138 000 ¤ tandis qu'il dépasse 850 000 ¤ dans le soin de la personne (tiré par la pharmacie, dont la valeur des fonds dépasse encore 1,1 ME, en dépit d'une baisse de 11 % sur un an.)



Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises