Cession Commerce

Relations TPE/ Banques : le rôle clé du conseiller

Par Sophie MENSIOR - Le 07 / 07 / 2017
Suivre sur Twitter

Relations TPE/ Banques : le rôle clé du conseiller

Dans leur très grande majorité, les dirigeants de TPE font confiance à leur banque professionnelle, selon un baromètre publié par la Médiation du crédit, Deloitte et In Extenso. Elément -clé de cette confiance : le conseiller.

Les banques, un partenaire de confiance des TPE ? C’est ce que semble indiquer la première édition du Baromètre annuel de la confiance des dirigeants de TPE envers leurs banques  conduit par Le Médiateur du Crédit et Deloitte et In Extenso : 80,6  % des dirigeants de TPE font confiance à leur banque professionnelle.
 

La demande de crédit : une étape déterminante


« D’après l’étude menée conjointement avec Deloitte et In Extenso, la notion de confiance se nourrit de trois éléments essentiels : la stabilité de la relation dirigeant-conseiller, l’accompagnement et le soutien en cas de difficultés, la demande de crédit.  Sensible par nature, ce dernier point a un réel impact sur le niveau de confiance témoigné par les dirigeants de TPE à l’égard de leur banque », détaille Fabrice Pesin, médiateur national du crédit et président de l’Observatoire du financement des entreprises.

En effet, seuls  67,5 % des sondés ayant rencontré une difficulté à l’obtention d’un crédit affirment faire confiance à leur banque, score inférieur de 10 points la moyenne enregistrée. Evidemment, pour les TPE dont les demandes de crédit se sont déroulées sans encombre, ce taux monte à 96,6 %.

Le conseiller porteur de confiance, même quand ça va mal…


Le sentiment de confiance serait en corrélation avec la nature de la relation entretenue entre les dirigeants de TPE et leur conseiller : fil rouge du contrat qui les lie, le conseiller détient par conséquence les clés de la confiance et de l’entretien de cette dernière, et ce quel que soit le niveau de santé financière de l’entreprise. 70 % des TPE en difficulté  continuent de témoigner de la confiance à leur banque.

« Contre toute attente, la situation financière des TPE n’impacte pas nécessairement  réellement le niveau de confiance exprimé par les dirigeants. (…) C’est d’aimeurs dans les situations tendues que la qualité de la relation est la plus évidente », analyse Antoine de Riedmatten, directeur général d’In Extenso.

La qualité de la relation, élément clé de la confiance


Preuve du rôle déterminant du conseiller : une majorité des répondants place leur relation avec le conseil comme facteur numéro 1 de confiance (52 %) ou de méfiance (47 %). Essentiel au maintien de la confiance, la relation avec le conseiller peut donc être un facteur de rupture de contrat.

Près d’un tiers des TPE a déjà changé de banque et 60 % d’entre elles justifient ce départ par une insatisfaction liée au conseiller : manque de compétences, absence de suivi…
 

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises