Cession Commerce

Restauration : un marché en recul en 2014

Par Sophie MENSIOR - Le 26 / 04 / 2017
Suivre sur Twitter

ooaa
Restauration : un marché en recul en 2014

Le marché de la consommation alimentaire hors domicile est en décroissance en 2014. Tous les segments ne subissent pas la même baisse de chiffre d'affaires. Quant aux indépendants, le nombre de points de vente a augmenté et leurs prix de vente sont plutôt

Pour la première fois depuis 10 ans, le marché de la consommation alimentaire hors domicile est en recul de 0,3 % en 2014 avec un chiffre d'affaires de près de 87 milliards d'euros. La dépense moyenne est, elle aussi, en baisse pour la troisième année consécutive et s'établit désormais à 8,82 euros.
Seul le nombre de repas continue de croître avec près de 10 milliards de repas pris en dehors du domicile en France, cette année.Tels sont les principaux enseignements de "l'Etude restauration 2014" , publiée par le cabinet Gira Conseil.

Selon cette étude, tous les segments de ce marché ne subissent pas la même baisse de chiffre d'affaires. La restauration hôtelière ainsi que la restauration commerciale sont les plus touchées alors que les circuits alimentaires alternatifs ont connu une croissance de plus de 2 %.

Du côté des indépendants, le nombre de points de vente a augmenté grâce à un solde positif entre les créations et les défaillances d'entreprises. Leur prix de vente sont plutôt stables et leur fréquentation se redresse peu à peu.

Autre constat de l'étude : les innovations ont été nombreuses et l'univers de la restauration avec service à table semble progressivement se réinventer avec des établissements multi-restauration, qui mixent les modes de distribution et offrent une restauration plurielle. Certains relancent astucieusement la consommation du vin, d'autres revoient leurs modes d'approvisionnement, valorisent leur spécialisation ou repensent leur politique de ressources humaines...

"Cette année, les circuits traditionels et historiques sont de plus en plus attaqués par une multitude d'acteurs innovants et émergents, et par de nouveaux modes de distribution. Le chiffre d'affaires par acteur est de plus en plus difficile à tenir probablement à cause d'une offre, qui est vraisemblablement désormais supérieure à la demande", constate le directeur général de Gira Conseil, Bernard Boutboul.

Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises