Cession Commerce

Saison touristique été 2016 : L’Ile-de-France et le littoral en fort recul

Par Sophie MENSIOR - Le 26 / 04 / 2017
Suivre sur Twitter

Saison touristique été 2016 : L’Ile-de-France et le littoral en fort recul

La fréquentation estivale dans les hébergements collectifs est en baisse de 2,5 % en 2016. L’Ile-de-France et le littoral ont particulièrement souffert. Campagne et montagne ont, en revanche, attiré les touristes.

Différentes enquêtes l’ont  souligné, la dernière étude de l’Insee vient le confirmer : la saison touristique de l’été 2016 n’a pas été un bon cru. La fréquentation estivale des hébergements collectifs a reculé de -2,5 % après une hausse de 3 % en 2015. Une baisse qui concerne davantage la clientèle étrangère.  En cause : les attentats, qui ont pesé sur ce bilan, en particulier dans les zones directement touchées, notamment les zones urbaines franciliennes (-12,7 % dans l’agglomération parisienne).

A noter que les types d’hébergements les plus urbains, autres hébergements collectifs touristiques (résidences de tourisme, village vacances, maisons familiales..) et hôtels ont plus reculé que les campings (respectivement -4,2 %, -3, 7 %et -0,7 %). Globalement la clientèle résidente a mieux résisté que la clientèle étrangère (-1 % contre -5,5 %). Dans les hôtels, l’écart est très marqué  alors que dans les campings les évolutions sont proches.

Le littoral a pâti d’une météo maussade


En cause légalement : une météo maussade en début de saison, qui a pénalisé le littoral. Ces zones enregistrent un recul de -3,6 %, aussi bien pour les résidents que pour les étrangers. Le repli des nuitées est particulièrement fort en PACA (-8,6 %), Pays de la Loire (-6,7 %) et Normandie (-4,2 %).

En Bretagne (-5,9 %), les campings et AHCT ont particulièrement souffert, surtout en début de saison. Les littoraux d’Occitanie (-0,1 %) et dans une moindre mesure de Nouvelle-Aquitaine (-1,1 %) apparaissent relativement épargnés. Seules les nuitées en Corse (+2,4 %) et dans les Hauts-de-France (+1,9 %) affichent une progression.

Zones rurales et montagnes résistent


En revanche, les clientèles françaises comme étrangère, ont davantage fréquenté la campagne et les massifs qu’en 2015. Ainsi les zones rurales connaissent la croissance la plus importante (+2,7 %) tiré par les deux clientèles, résidente et étrangère.  Les hausses les plus importantes concernent le Sud-Ouest, alors que les régions les plus septentrionales sont en repli.

Dans les massifs montagneux, les nuitées progressent de 0,6 %, mais ce n’est pas encore suffisant pour retrouver les niveaux de 2013. Elles augmentent plus rapidement dans le massif alpin (+0,9 %), en particulier dans les campings (+5,1 %). Ce massif profite plus que les autres du retour de la clientèle étrangère. Dans les Pyrénées, comme dans les autres massifs, la croissance est portée par la seule clientèle française.

Il faut souligner que cette étude de l’Insee ne prend pas en compte les hébergements proposés par les particuliers. « Ainsi l’accroissement de l’offre des particuliers au travers de sites Internet pourrait peser sur l’évolution des nuitées », estime l’institut d’études statistiques.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises