Cession Commerce

Soldes d’été 2019 : un bilan mitigé

Par Sophie MENSIOR - Le 06 / 08 / 2019
Suivre sur Twitter

Soldes d’été 2019 : un bilan mitigé

Les commerçants fondaient beaucoup d’espoir sur les soldes d’été 2019 mais cela ne s’est pas passé comme prévu. Fortes chaleurs et nouveaux comportements des consommateurs ont pesé sur les résultats.

Quel est le bilan des soldes d’été qui s’achèvent ce mardi 6 août ? Deux études de la CCI Paris Ile-de-France et la CCI Ille-et-Vilaine apportent des éléments de réponse, et celui-ci s’avère pour le moins mitigé.

Selon la CCI Paris Ile de France, pour 67 % des commerçants parisiens interrogés, la hausse de chiffre d’affaire observée pendant les soldes d’été n’excède pas 20 % par rapport à un moins normal et 18 % n’ont même observé aucune hausse.  Pour plus de la moitié des commerçants parisiens interrogés, (54 %), ce résultat est inférieur à celui des soldes de l’an dernier.

Forte baisse de fréquentation due à la canicule

Les commerçants mentionnent la chaleur, qui a eu un effet négatif sur l’activité. Pour 47 % d’entre eux, elle a provoqué une forte baisse de fréquentation. « Les grands magasins et les centres commerciaux ont pu en revanche tirer leur épingle du jeu grâce à la climatisation dont ils sont équipés », souligne la CCI Paris Ile-de-France.

Pour les commerçants parisiens, les mouvements sociaux sont largement cités (77 %), comme responsables de répercussions importantes sur leur activité cette saison : 87 % évoquent une baisse de la fréquentation, 64 % une baisse du chiffre d’affaires et 37 % déclarent avoir même dû fermer leur magasin.

Le ressenti semble plus positif du côté des commerçants bretons ; pour 55 % des répondants, la fréquentation sur l’ensemble de la période des soldes d’été 2019 à été supérieure ou égale à 2018, le chiffre d’affaires en conséquence a été meilleur : 61 % ont eu un résultat supérieur ou égal à l’an passé. « Une embellie nécessaire pour refaire un peu de trésorerie », commente la CCI Ille-et-Vilaine.

Evolution des comportements d’achats

Pour expliquer les causes de cette désaffection, les deux études pointent notamment une évolution des comportements d’achats.

Pour 82 % des commerçants rennais, plus de la moitié des clients s’informent sur Internet avant d’acheter, ils essaient en magasin avant d’acheter et demandent de nouveaux services.

Sont également pointées la valse des promotions et les ventes sur Internet, qui ont fait perdre aux soldes leur caractère d’évènement incontournables, pour 56 % des commerçants parisiens.

Du coup, les commerçants appellent de leurs vœux une diminution de la durée des soldes, 6 semaines, actuellement, une durée jugée trop longue et au final contre-productive. Ils ont été entendus puisque la Loi Pacte prévoit de réduire la période des soldes à 4 semaines à partir de janvier 2020.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises