Cession Commerce

Soldes d'hiver : un rituel qui s'essoufle ?

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 04 / 2015
Suivre sur Twitter

Dans un contexte de morosité générale, les soldes d'hiver viennent de démarrer "dans le calme", selon l'observatoire de la CCI Paris Ile-de-France. Ceux-ci tendent à s'essoufler, avec la multiplication des ventes privées et la montée en puissanc

C'est mercredi 8 janvier, à 8 heures qu'a été donné le coup d'envoi des soldes d'hiver, pour une durée de 5 semaines. Pour les commerçants, ils constituent un moment clé car les ventes attendues représentent, en valeur, près du double de celles des soldes d'été.

Même si l'attachement des consommateurs à ce moment rituel reste fort (8 personnes sur 10 ont l'intention de faire les soldes cet hiver), "un essouflement est néanmoins perceptible du fait de la multiplication des promotions le reste de l'année", note le Crocis, un observatoire de la CCI Paris Ile-de-France.

Les raisons à cela : un renforcement des ventes privées. La CCI Paris Ile-de-France a constaté qu'environ 60 % des commerçants ont mis en place de telles opérations, surtout entre Noël et le début des soldes officiels. Elle tendent à banaliser le caractère exceptionnel des soldes. Selon un sondage Ipsos, 28 % des Français expliquent effectuer moins d'achats pendant les soldes officiels, du fait de la multiplication des offres à prix cassés durant l'année.

A cela s'ajoute la concurrence d'Internet. Selon la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance), près de 30 millions de Français ont l'intention de faire toute ou partie de leurs achats en soldes sur le Web. L'évolution des modes de consommation n'est pas étrangère à ce phénomène : 26 % des consommateurs vont utiliser leurs smartphones durant les soldes et 24 % leurs tablettes.

La CCI a remarqué que les remises pratiquées cette année se situent en moyenne entre -30 et -40 % dès le début de la matinée. Certains produits se négociant même à -50 , voire -60 %. D'après le Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC), le budget soldes des ménages devrait se maintenir au niveau de l'an dernier, soit 225 € en moyenne.

La situation va-t-elle évoluer ? Selon la CCI, les commerçants souhaitent le lancement d'une réflexion sur une évolution de la réglementation des soldes traditionnelles, de plus en plus remises en cause par les ventes privées et autre offres privilèges.


< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises