Cession Commerce

Soldes d'hiver : une première journée bien orientée

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 04 / 2015
Suivre sur Twitter

Soldes d'hiver : une première journée bien orientée

Budget des ménages en baisse, concurrence du e-commerce, multiplication des ventes privées et promotions juste après Noël...C'est dans ce contexte qu'ont démarré les soldes d'hiver. Selon le Crocis de la CCI Paris Ile-de-France, la fréquentation était au

Selon le Crocis, l'observatoire de la CCI Paris Ile-de-France, l'affluence semblait être au rendez-vous en ce premier jour des soldes, qui ont démarré mercredi 9 janvier à 8 heures. Comme de coutume, la fréquence devrait rester soutenue jusqu'à ce week-end, les consommateurs profitant généralement des premiers jours pour faire leurs affaires.

Les clients étaient présents à l'ouverture des grands magasins parisiens, où tout a été fait pour attirer les chalands : remise de -50 % dès le début de la matinée sur certains produits, ouverture dominicale et horaires élargis jusqu'à 22 h pour le premier jour et 21 h par la suite.

La CCIR a  par ailleurs remarqué que les remises pratiquées cette année sont supérieures à celles constatées un an auparavant : dès le le début de la matinée, la moyenne constatée auprès des commerçants parisiens oscillait entre -40 et -50 % en première démarque. Une remise de -70 % est même proposée sur certains accessoires de mode.

Les soldes d'hiver vont se dérouler dans un contexte où le moral des ménages n'est pas au beau fixe. La prudence est de mise : 45 % des consommateurs ont déjà décidé d'acheter moins que lors des soldes d'hiver 2012, alors qu'ils n'étaient que 39 % à afficher cette volonté à cette époque, selon une enquête Ipsos.

Autre tendance qui vient impacter ce moment clé : la montée du e-commerce. Si les magasins restent privilégiés par 72 % des français selon une enquête de l'IFOP, le commerce électronique continue sa progression et constitue une réelle concurrence car il permet aux consommateurs d'avoir une autre approche de leurs achats.

En outre, le phénomène des ventes privées et promotions, qui ne cesse de se développer depuis quelques années, tend à banaliser le cacatère exceptionnel des ventes à prix cassés. Avec 18 % des ventes de vêtements réalisés en période de promotions ou de ventes privées l'an dernier (+2 points par rapport à 2011), l'Institut Français de la Mode estime qu'elles sont désormais au même niveau que les soldes traditionnels (19 %). Cette année encore, elles ont été nombreuses juste après les fêtes de Noël, surtout dans les grandes chaînes d'habillement.

Le bilan définitif des soldes sera réalisé par le Crocis le 6 février prochain.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises