Logo cession commerce

TPE /PME : la crise pourrait coûter 10 % du chiffre d’affaires

Aussi bien pour les cédants que les repreneurs, les perspectives économiques, sectorielles, mais aussi plus globales, sont un élément important pour la maturation et la concrétisation de leur projet. Interrogées durant les deux dernières semaines d’avril, les dirigeants de TPE et de PME font, dans leur ensemble, d’un certain optimisme pour ce deuxième trimestre. C’est ce qu’il ressort du baromètre Bpifrance Le Lab et Rexecode « Trésorerie, investissement et croissance des PME/TPE » portant sur cette période.

Par Cyril ANDRE - le 10/05/21

Indéniablement, les anticipations des chefs d’entreprise semblent confirmer une vraie reprise de l’activité. Ils sont 28 % à estimer que leur chiffre d’affaires aura égalé ou dépassé le niveau « normal » d’avant crise en 2021. Il s’agit d’une progression de 10 points par rapport à octobre dernier. Il apparaît que 43 % d’entre eux estiment que la crise devrait leur coûter 10 % de leur chiffre d’affaires. Autres données révélatrices, 52 % pensent que leur activité pourrait revenir rapidement à la normale alors que 46 % avouent que cela devrait être difficile. Enfin, 2 % envisagent une liquidation de leur entreprise.

Une proportion croissante de chefs d’entreprise anticipe une amélioration de leur trésorerie au cours des trois prochains mois. Cela est vrai pour 18 % d’entre eux, à comparer aux 10 % du trimestre précédent. Ils sont toutefois plus nombreux à envisager une dégradation (27 %). Mais, ils étaient 36 % dans ce cas le trimestre dernier et 82 % un an en arrière.

Intentions d’investissement à la hausse

La dynamique des intentions d’investissement des TPE et PME est bien orientée. Pas moins de 57 % des dirigeants comptent investir dans le courant de l’année, soit 2 points de plus qu’en février 2021. Le motif des investissements est majoritairement le renouvellement et la modernisation des équipements. Soulignons que le motif environnemental, qui est revendiqué par 35 % des chefs d’entreprise progresse de 5 points par rapport à février. « Autre point notable, la proportion de dirigeants ayant révisé à la hausse leurs projets d’investissement et d’embauches depuis le début de la pandémie est supérieure à celle des dirigeants les ayant purement et simplement annulés », notent les auteurs de ce baromètre.

L’accès au crédit n’est pas homogène. En effet, seulement 14 % des dirigeants déclarent rencontrer des difficultés de financement de leur exploitation courante, donc un niveau inférieur à la moyenne de 17 % relevée depuis 2018. Mais, 20 % de ces mêmes chefs d’entreprise assurent rencontrer des difficultés de financement de leur investissement par des établissements de crédit. Les difficultés de recrutement ainsi que les perspectives de demande dégradées demeurent les deux principaux freins à la croissance, et ce, pour 45 % des TPE et PME.