Cession Commerce

Travail dominical : La CGPME reste opposée au texte

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 04 / 2015
Suivre sur Twitter

Alors que la proposition de loi UMP sur le travail dominical devrait être examiné par les députés le 11 décembre prochain, la CGPME maintient son opposition à ce texte.
La Confédération a pris acte positivemement des discussions en cours visant à exclure les grandes surfaces alimentaires de la proposition de loi sur le travail dominical. Pour autant, elle estime que si le texte était adopté en l'état, il conduirait à recréer à plus grand échelle, au travers des "zones d'attractivité commerciale" des situations analogues à celles qui ont été la source de nombreuses difficultés pour les commerçants de proximité, notamment autour de Plan de Campagne (Bouches du Rhône)
Par ailleurs, pour l'organisation syndicale," l'application de ce texte serait facteur d'inégalité salariale entre les métiers déjà autorisés à ouvrir le dimanche matin (fleuristes, hôteliers, pâtissiers...) et ceux désormais autorisés à le faire. Pour les uns, le travail dominical continuerait sans compensation salariale, pour les autres, il deboucherait de facto, sur un doublement du salaire. Le salarié d'un fleuriste ouvert le dimanche matin ne verrait pas son salaire majoré tandis que l'employé de la librairie, située à 15 m de là, serait payé le double"
"Une telle situation deviendrait rapidement intenable pour les commerçants de proximité inévitablement confrontés à une revendication qu'ils seraient dans l'incapacité d'assumer", estime la Confédération.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises