Cession Commerce

Un plan pour relancer la destination France

Par Sophie MENSIOR - Le 26 / 04 / 2017
Suivre sur Twitter

Un plan pour relancer la destination France

Il y a urgence à relancer la destination France. Le gouvernement consacre un plan de 42,7 millions pour soutenir le secteur du tourisme. Des mesures sont prises en faveur des professionnels qui connaissent une baisse d'activité.

Lundi 7 novembre, le premier ministre Manuel Valls a réuni  le Comité Interministériel du Tourisme, une grande première depuis 13 ans !

Première destination touristique mondiale


Le gouvernement veut se mobiliser pour soutenir le secteur du tourisme, qui représente 7,5 % du PIB et 2 millions d’emplois. Si la France reste la première destination touristique au monde depuis les années 1980, -85 millions de touristes étrangers ont été accueillis en 2015-, elle se voit fortement fragilisée par les attentats de novembre 2015 puis de juillet 2016. Paris et la Côté d’Azur enregistrant une baisse durable des visiteurs internationaux, ce qui génère des conséquences économiques et sociales pour nombre d’entreprises.

Après des mesures d’urgence prises en septembre dernier (10 millions d’euros supplémentaires pour la promotion du tourisme), de nouveaux engagements viennent d’être annoncés lors de la réunion de ce comité interministériel.

Tout d’abord des dispositions pour garantir la sécurtié des touristes sur tout le territoire (15,5 ME), des moyens supplémentaires pour renforcer les actions de promotion auprès des touristes français et étrangers (10,5 ME).

Soutien aux professionnels du tourisme


Mais aussi des mesures de soutien pour aux professionnels et aux salariés du secteur touristique (plus de 11 ME). Elles se présentent de la façon suivante : bonification des prêts pour soutenir la modernisation du secteur HCR (hôtellerie-café-restaurant),  faciliter le recours à l’activité partielle, co-financement d’actions de développement des compétences, et mesures de simplification pour les acteurs du commerce. A savoir maintien du seuil de 15 000 euros pour le paiement en liquide des articles de luxe pour les non-résidents, et lancement d’une étude sur l’assouplissement des règles de détaxe pour les touristes internationaux.

Enfin des dispositions sont prises pour encourager le départ en vacances des Français les plus modestes (5,7 ME). Soit une enveloppe globale de 42,7 millions d’euros.

Pour l’Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie), ce comité prend réellement en compte les enjeux du secteur mais les réponses sont encore insuffisantes. « Les mesures relatives à la sécurité comme celles d’aide ponctuelles à nos entreprises vont dans le bon sens. Néanmoins les mesures présentées, concernant les moyens alloués à la promotion de la destination France, ne sont pas, pour les professionnels du tourisme, à la mesure de ce secteur », a estimé le syndicat dans un communiqué.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises