Cession Commerce

Une nouvelle feuille de route pour la restauration

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

Une nouvelle feuille de route pour la restauration

Tournant la page du contrat d'avenir, la ministre Sylvia Pinel a annoncé la mise en place d'un comité stratégique, qui doit préparer l'avenir du secteur de la restauration.

Exit le contrat d'avenir, place au comité stratégique ! Sylvia Pinel, la ministre de l'artisanat, du commerce et du tourisme souhaite définir, pour les cinq prochaines années, de nouvelles perspectives pour le secteur de la restauration, en partenariat avec les professionnels. C'est ainsi que doit être créé "le comité stratégique", chargé d'élaborer et préparer cette nouvelle feuille de route.

Ce comité, qui devrait voir le jour au premier trimestre 2013, doit comprendre entre 50 et 60 membres, issus des différentes parties prenantes de la filière restauration : organisations professsionnelles, parlementaires, élus locaux, fournisseurs et artisans des arts de la table...

Parmi les priorités définies par la Ministre figurent la poursuite du dialogue social et la lutte contre le travail illégal, la mise en place de formations efficaces de même que la poursuite des efforts en matière d'emploi. Au programme également : la mise en place d'un plan qualité et le renforcement du titre de maître -restaurateur.


"Bilan contrasté " pour le contrat d'avenir

Ces priorités ont été définies sur la base des résultats du bilan du contrat d'avenir, signé le 28 avril 2009 par le précédent gouvernement et les organisations professionnelles de la restauration. Ce contrat avait l'objet d'un avenant le 28 avril 201, par lequel les parties prolongaient leurs engagements jusqu'en juillet 2015.

La ministre a conclu à "un bilan contrasté" de ce contrat d'avenir. Si des efforts ont été faits en matière d'emploi et de dialogue social, elle a contasté des lacunes sur la formation et les prix. Dénonçant un "dispositif flou et manquant de cohérence," elle a estimé qu'il est "temps désormais de sortir du contrat d'avenir qui n'a pas porté ses fruits".

Dans ce nouveau cadre, les restaurateurs devraient bénéficier, comme les autres secteurs, d'une baisse des coûts de main d'oeuvre, notamment par le crédit d'impôts et la mise en oeuvre du contrat de génération. Avec en toile de fond : la hausse de la TVA, qui doit passer de 7 à 10 % au 1er janvier 2014. "Nous avons un an pour travailler à la manière dont la hausse de la TVA va se répercuter", a souligné Sylvia Pinel.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises