Cession Commerce

Une plate-forme partenariale pour booster le commerce en Ile-de-France

Par Sophie MENSIOR - Le 25 / 06 / 2018
Suivre sur Twitter

Une plate-forme partenariale pour booster le commerce en Ile-de-France

Un certain nombre d’acteurs se mobilisent, à travers une convention de partenariat, pour améliorer la performance du commerce en Ile-de-France. 4 axes stratégiques et 12 priorités ont été définis.

144 000 commerces et 600 000 salariés, c’est le poids du commerce en Ile-de-France, qui compte 12,1 millions d’habitants et qui engrange 20,8 milliards d’euros de recettes touristiques.   Face aux mutations que traverse ce secteur  (désaffection des centres-villes, concurrence des acteurs du e-commerce…), une démarche partenariale, à l’initiative de la CCI Paris Ile-de- France, se met en place afin de rassembler les savoir-faire et les moyens pour booster le commerce dans cette zone.  

L’Etat, les collectivités territoriales, la Ville de Paris, la Caisse des Dépôts et consignations, les organismes consulaires, les fédérations professionnelles, les associations de commerçants et les organisations patronales se mobilisent  autour d’une plate-forme partenariale. « Le dispositif doit être en ordre de marche pour les JO de 2024 », indique Didier Kling, président de la CCI Paris Ile-de-France.

Une feuille de route collective
 

Pour cette plate-forme, il s’agit de relever 4 défis, qui se déclinent en 12 axes opérationnels :

-améliorer la relation commerçant-client. 6 actions sont au programme : attirer la clientèle dans les centres-villes en améliorant leur attractivité, apporter de nouveaux services par la digitalisation des commerces et des solutions de type « market place » de proximité, développer le commerce non sédentaire (halles et marchés), créer des évènements commerciaux d’ampleur locale ou nationale (une journée fédératrice, coordonner les journées déjà existantes…), développer l’expérience client par de nouveaux concepts commerciaux et satisfaire les attentes des touristes étrangers.

-optimiser les mobilités et les livraisons. En proposant aux collectivités territoriales un vade-mecum de gestion des stationnements et des livraisons et en adaptant la logistique urbaine au commerce de centre-ville.

-gagner en efficacité et en équité par des évolutions juridiques. Actions prévues : mieux réguler les implantations commerciales et rééquilibrer les obligations entre le e-commerce et le commerce physique.

-assurer la sécurité des lieux. En développant le recours aux dispositifs d’alerte et en formant les commerçants aux reflexes de sécurité.

Afin d’assurer un suivi de ces différents engagements, un comité de pilotage se réunira tous les ans.
 

Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises