Cession Commerce

Bâtir son plan de financement

Par Sophie MENSIOR - Le 15 / 04 / 2011
Suivre sur Twitter

Sommaire

Ne pas minimiser ses besoins

L’erreur souvent commise par les porteurs de projet est de minimiser leurs besoins de départ, alors qu’au contraire il faut bien les calibrer. « Le banquier va vous prêter de l’argent au démmarrage mais après va attendre 1 an ou 2 ans avant de vous en redonner à nouveau. Il faut donc avoir bien calibré ses besoins de financement. J’ai vu des créateurs qui les avaient minimisé et qui se sont retrouvés en dépôt de bilan », raconte Guy Boddaert.
Après avoir identifié tous ses besoins, le repreneur devra examinerquels apports il est prêt à mettre. Ils seront de deux sortes : les capitaux propres et les capitaux empruntés.

Au CIC, on estime «qu’il est important pour une entreprise d’avoir un niveau de fonds propres suffisant. C’est un gage d’indépendance financière et de pérennité de l’entreprise lorsqu’elle sera confrontée à des difficultés. A la création, ces fonds propres sont généralement constitués par de l’apport personnel, qui doit représenter le plus souvent un minimum de 30 % du plan de financement ».

« L’apport personnel doit être de 20 à 30 %, car il doit y avoir un partage des risques », indiquent de leur côté Claire Bony-Coupard, expert création, reprise, transmission d’entreprise à Crédit Agricole S.A et Sébastien Chambard, expert produis de financement pour les entreprises à Crédit Agricole SA. Mais attention, dans certains cas ou dans certains secteurs, la règle des 30 % ne sera pas toujours suffisante et l’établissement bancaire demandera plus d’apport personnel. « Plus le secteur est risqué, plus la banque va exiger de l’apport personnel et des garanties », appuie Cyrille Pineau.

Les prêts pour reprendre une entreprise ont généralement une durée maximale de 7 ans. « Pour les véhicules et certains matériels, la banque peut aussi proposer au créateur de les financer en crédit bail mobilier », indique le CIC.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises