Logo cession commerce
Bâtir son plan de financement

Bâtir son plan de financement

Etablir un plan de financement vise à confirmer la viabilité économique de votre projet. L'objectif étant d'équilibrer, avec cohérence, les besoins financiers au démarrage de votre activité puis sur plusieurs exercices et les ressources financières affectée en contrepartie. Document complexe, il sera conseillé de recourir à des experts afin d'éviter les mauvaises surprises.

Par Sophie MENSIOR - le 25/11/19
Suivre sur Twitter

Emprunter le maximum dès le départ

« La tendance chez les entrepreneurs est de ne pas demander assez d’argent au banquier », constate Pascal Ferron. Si le porteur de projet doit rajouter de l’argent pour faire fonctionner son activité, le banquier ne lui prêtera pas une nouvelle somme 6 mois plus tard. Dans un premier temps, il attend de voir si l’activité démarre bien.

« C’est mieux d’emprunte le maximum dès le départ, plutôt que de mettre tout son apport dans le plan de financement, il faut en garder un peu de côté… », complète-t-il. Car en cas de problème, ce n’est pas le banquier qui financera et il faudra bien trouver une solution…

Par ailleurs, il faut savoir que celui-ci aime bien prendre une garantie sur ce qu’il finance (fonds de commerce, stock…). « Dans la mesure du possible, recommande Pascal Ferron, il vaut mieux éviter les cautions personnelles et recourir plutôt à des SCM (Sociétés de caution mutuelle) ».

Le prêt bancaire sera généralement accordé pour une durée de 7 ans maximum, soit le temps nécessaire lié à l’amortissement comptable. Dans des cas bien spécifiques, cela peut aller jusqu’à 8 ans…L’apport personnel demandé par le banquier est en moyenne de 30 %, variable selon les projets. « S’il s’agit d’une activité de prestations de services, on peut demander jusqu’à 40 %, mais dans le commerce, c’est généralement 30 % », indique Jean-Christophe Sawry.

Lors de l’octroi d’un prêt bancaire, ce qui importe surtout c’est la cohérence globale du dossier puis la manière dont le porteur de projet l’expose. Il doit être clair, précis et capable d’explique ce qu’il avance. « Nous devons sentir que la personne en face de nous a une posture de dirigeant. Nous devons être séduit par l’Humain », ajoute-t-il. Plus le dossier inspire confiance au banquier, moins il prendra des garanties. Le recours à des sociétés de caution mutuelle, comme les Socama, permettra de limiter la caution personnelle.