Logo cession commerce
Céder son affaire : mode d'emploi

Céder son affaire : mode d'emploi

La cession de votre affaire ne s'improvise pas et doit faire l'objet d'une solide préparation. Il faudra être à jour au niveau comptable et juridique afin de mettre tous les atouts de votre côté. Sans oublier de discuter avec votre expert-comptable des conditions fiscales de l'opération. Une cession réussie est celle qui combine anticipation et une bonne cohésion entre le cédant le repreneur !

Par Sophie MENSIOR - le 29/04/19
Suivre sur Twitter

Halte aux idées reçues

Selon une étude menée par BPCE l’Observatoire, les cessions d’entreprise ne sont pas liées à l’âge du dirigeant, contrairement aux idées communément admises sur ce sujet. En effet, 83 % des TPE et 67 % des PME et ETI sont cédées avant 60 ans et le taux de cession des TPE a même tendance à baisser à partir de 65 ans.

En revanche, la probabilité de cession d’une entreprise augmente avec sa taille. L’étude de la BPCE révèle ainsi un rapport de 1 à 12 entre le taux de cession-transmission d’une entreprise unipersonnelle et celui d’une PME de 250 salariés et plus. Parallèlement, et contrairement à la cession, le taux de disparition est deux fois plus important chez les TPE que chez les PME. La mort naturelle, en fin d’activité professionnelle, sans accident judiciaire, est une issue plus fréquente que la cession chez les TPE. 

L’étude se penche également sur la transmission familiale, qui représente environ 17 % des cessions de TPE, PME et ETI, un chiffre plus faible que chez nos voisins européens, alors que celles-ci sont à la fois utiles et efficaces pour l’économie française.

Elle estime, par ailleurs,  que le marché français de la cession-transmission d’entreprises est sous-estimé d’au moins 25 % par rapport aux chiffres généralement avancés de 60 000 opérations par an (ou 600 000 dans les 10 ans à venir). BPCE L’Observatoire en dénombre, de son côté, au moins 75 000 par an.