Cession Commerce

Choisir son emplacement

Par Sophie MENSIOR - Le 03 / 10 / 2011
Suivre sur Twitter

Sommaire

L'activité détermine l'emplacement

Pour Sylvain Favier, avocat à Toulouse, « c’est l’activité du commerçant qui détermine l’emplacement ». Un avis partagé par Clarence Chabrol, responsable des ensembles commerciaux chez Cushman & Wakefield : « le choix de l’emplacement dépend de l’activité de l’enseigne », estime-t-elle
Par exemple pour le secteur alimentaire, il est conseillé d’être situé, en hyper-centre à coté des marchés. Les métiers de bouche seront généralement regroupés dans les mêmes artères.
Pour l’équipement de la personne, vêtements, chaussures, bijoux,  le porteur de projet doit regarder les rues où il y a une forte concurrence, car elles vont drainer du monde. « Il ne faut pas hésiter à se rapprocher des rues qui ont la même capillarité », conseille Sylvain Favier.
Par exemple, Isabelle Lévy, qui voulait lancer un magasin de prêt-à-porter haut de gamme, cherchait à s’installer à Neuilly sur Seine (92), ville où elle est née et où elle a toujours vécue. Elle oriente ses recherches vers le quartier commerçant de la commune, le quartier Sablonville et porte son choix sur un dépôt-vente. « La boutique n’est pas située sur un emplacement n° 1 mais sur un  n°1 bis. Cependant, elle est bien placée car elle se trouve à l’angle de la rue Sablonville », précise-t-elle. Il est certain que la commerçante trouvera à Neuilly sur Seine, une des communes les plus riches de France, son potentiel de clientes pour du prêt-à-porter haut de gamme avec des marques comme Ralph Lauren ou Missoni…
Certaines enseignes, comme les magasins de vêtements pour enfants, vont préférer être regroupées mais parfois elles préfèreront être plus loin de leurs challengers mais avec un meilleur emplacement.
En revanche, pour les commerces type Clé Minute ou pressing, l’emplacement sera moins important.
Pour les établissements de restauration, il sera conseillé d’être placé près des cinémas, theâtres, d’être accessible la nuit (parking, métro, bus…) et d’être visible. Mais là aussi tout dépend de l’activité que l’on souhaite exercer. Ainsi Sylvie Sagbo voulait ouvrir un restaurant de cuisine afro-exotique pour une clientèle business dans les grands centres commerciaux. Elle a commencé à chercher des locaux autour de la Défense, puis trouvant ceux-ci un peu chers, elle a trouvé un emplacement à Rueil 2000, le quartier d’affaires de Rueil-Malmaison.
 

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises