Cession Commerce

Développer sa clientèle

Par Sophie MENSIOR - Le 28 / 09 / 2009
Suivre sur Twitter

Sommaire

La nouveauté attire

« Ce qu’il faut voir dans une reprise, c’est que la nouveauté attire toujours », indique Joël Lopez.

Si on l’a vu, dans la première partie, il est important de ne pas trop bousculer les choses au début, petit à petit, le commerçant va pouvoir progressivement imprimer sa marque, et proposer des nouveaux produits.

C’est le cas de repreneurs d’une boulangerie qui se sont mis à faire de nouvelles pâtisseries, avec une vitrine beaucoup plus remplie. Résultat : ils ont rencontré le succès, en attirant une clientèle plus importante

Autre cas de figure : toujours dans le cas d’une boulangerie, les commerçants ont fait évoluer la formule du Midi, en proposant une plus grande variété de sandwichs pour compléter le classique jambon/beurre. « En commercialisant des produits différents, ils ont pu légèrement augmenter les prix. Ils ont bien réussi cette opération, en ne révolutionnant pas le style de leur commerce. C’est assez facile à faire et ce n’est pas trop risqué », commente Joël Lopez.

Autre technique pour attirer du monde dans votre magasin : faire des promotions sur certains produits. Ou mettre en place un prix d’appel pour essayer un produit : 1 euro cette baguette au sésame, au lieu d’1,20.

Dans le cas d’une boucherie, pour s’attirer de nouveaux clients, il faudra être un bon professionnel. « L’innovation est plus limitée, et le succès tient à la qualité du produit », mentionne l’expert-comptable. Et de citer l’exemple de repreneurs d’une boucherie, qui venaient d’un autre secteur. Ils ont beau avoir refait la boutique et développé un rayon épicerie, leur magasin a périclité, car la viande était moins bonne. Et dans ce cas, malheureusement, l’effet négatif se propage très vite.

Mais attention, si le commerçant veut proposer un concept complètement nouveau, cela peut ne pas marcher, car il sera trop en avance sur son temps. Il faut bien réfléchir à cela avant la reprise, et ne pas tout miser sur un nouveau produit. Il faut évaluer le risque (grand ou petit) et avoir du temps pour le proposer. « Si l’on a les moyens de prendre ce risque, on y va, sachant qu’il n’y a pas de situation type », estime Joël Lopez.

De toute façon, indique-t-il, en guise de conclusion : « quand vous reprenez une affaire, qu’il s’agisse de développer la clientèle et de la fidéliser, il faut être à l’écoute de ses clients et savoir évoluer avec l’air du temps. »

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises