Cession Commerce

Développer sa clientèle

Par Sophie MENSIOR - Le 28 / 09 / 2009
Suivre sur Twitter

Sommaire

Maîtriser les aspects financiers

Joël Lopez n’oublie pas non plus les aspects financiers d’un changement trop radical. « Le banquier vous a prêté de l’argent en fonction de ce que réalisait jusqu’à présent l’affaire. A vouloir faire trop différent, on risque de ne pas se maintenir et donc d’être pénalisé pour rembourser », prévient l’expert-comptable. C’est souvent le risque quand le repreneur est jeune et dynamique. Il a tendance à vouloir tout changer et dénigrer ce qui se passait avant. Il risque alors de faire fuir la clientèle historique et de perdre de l’argent avant de commencer à en gagner avec la nouvelle. Dans ce cas, il faut avoir les reins solides…
ancienne clientèle
Par exemple, si l’on reprend une boulangerie qui marche bien, attention à ne pas supprimer les produits phares de la boutique. Par exemple, on peut garder la même baguette, puis petit à petit, proposer d’autres types de pain. Idem pour une fromagerie : on peut proposer de nouvelles spécialités, à condition de garder celles que la clientèle traditionnelle apprécie.

Dans le cas d’une reprise d’un magasin d’habillement, le repreneur devra faire attention s’il décide de changer de marque de vêtements ou de collection. Il devra bien maitriser cette nouvelle gamme, et ses produits. Si une cliente était habituée à prendre une taille 42 et que dans la nouvelle, cela correspond à une taille 40, il faudra pouvoir la conseiller sur ce qu’elle doit prendre. Car si elle est mécontente de son achat, elle risque de ne pas revenir…

Pour Joël Lopez, remonter une affaire, c’est parfois très long, à l’inverse quand cela chute, cela peut aller très vite…

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises