Cession Commerce

Financer sa reprise

Par Sophie MENSIOR - Le 07 / 10 / 2013
Suivre sur Twitter

Sommaire

Prise en charge partielle du risque

Tous les emprunts bancaires étant assortis de garanties, certains organismes (fonds de garantie ou société de caution mutuelle) vont prendre en charge partiellement le risque avec la banque. C’est le cas de l’entreprise publique Oséo, entité de BPI France (Banque publique d’investissement), à  partir du 12 juillet 2013. « Oséo intervient toujours en cofinancement d’un prêt bancaire. C’est le banquier qui la sollicite, pas le repreneur », indique Olga Romulus. L’entreprise publique peut intervenir dans le cadre de la Garantie pour le financement de la transmission, à hauteur de 50 % du risque (voire 70 % dans certains cas) pour les reprises relevant de tous les secteurs, à l'exception des entreprises agricoles (agriculture traditionnelle) dont le chiffre d'affaires est inférieur à 750 000 €, du secteur immobilier, des grandes et moyennes surfaces de plus de 10 salariés, de l'enseignement général et des activités associatives. La garantie d'Oseo bénéficie au banquier, ce qui facilite la décision d'octroi du prêt bancaire.
But de l’opération : permettre l'installation de nouveaux entrepreneurs, par rachat d'une PME ou d'un fonds de commerce et faciliter le développement d'entreprises existantes par croissance externe.
Les dépenses financées : achat de parts sociales, achat de fonds de commerce, c’est à dire reprise de fonds de commerce, à l’exclusion des deuxièmes installations par reprise de fonds de commerce de détail (Naf : G 471 à G 479), de l’hôtellerie-restauration (Naf : I 551 à I 563) ou de services à la personne (Naf : O 9601 B à O 9609 Z) et caution bancaire émise en garantie d’un crédit vendeur.
 

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises