Cession Commerce

Financer sa reprise

Par Sophie MENSIOR - Le 09 / 03 / 2015
Suivre sur Twitter

Sommaire

Contreparties en nature

Pratique ancienne, utilisée en premier lieu dans le domaine culturel, elle se répand petit à petit dans d’autres secteurs, notamment le commerce et l’artisanat. A l’image de la plateforme  « Bulb in Town », site de financement participatif pour les petits commerces et associations de quartier. « Notre idée est d’apporter du financement en échange de contreparties en nature (produits ou services). Les contributeurs voient les résultats de leur participation car les projets sont locaux  », raconte Alexandre Laing, président et co-fondateur de Bulb in Town. En un an, la plate-forme a financé près de 150 projets pour un montant total de 700 000 euros, avec un montant moyen de 5 000 euros. Le plus petit projet étant de 2 000 euros.

Pour se faire connaître, Bulb in Town mise sur la prescription et travaille avec les experts-comptables, les chambres de commerce et d’industrie et les réseaux Initiative France et France Active. « Le système bancaire était méfiant au début mais aujourd’hui, nous travaillons avec différents réseaux pour voir comment ils peuvent intégrer ce système », indique Alexandre Laing.

« Nous sommes un véritable outil de financement, complémentaire au prêt bancaire ou alternatif, par exemple dans le cas de petits travaux (travaux de rénovation, achat de matériel…) ». Par exemple, Bulb In Town a réalisé le financement d’un café associatif à Villeneuve sur Lot, accompagné  par Aquitaine Active. 7 000 euros ont pu être récoltés auprès de 120 personnes, qui reçoivent en échange de leurs dons un rafraichissement ou un repas…Autre projet : le financement en capital d’une librairie de quartier, qui va se transformer en café-restaurant-librairie. Un peu plus de 100 personnes ont déjà prêté 10 000 euros.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises