Cession Commerce

Les commerces qui marchent

Par Sophie MENSIOR - Le 18 / 01 / 2010
Suivre sur Twitter

Sommaire

Les plombiers ne connaissent pas la crise

Le bâtiment fait lui aussi partie des secteurs en difficulté.

Touchés principalement, les terrassements –travaux publics, avec -8,5 %, signe des difficultés du secteur, puisque ces métiers se situent au début de la chaîne. Or un certain nombre de chantiers ont été bloqués, voire arrêtés. « Mais on peut déceler une certaine reprise puisque cette catégorie était tombée à – 11 %, au premier trimestre 2009 », estime Yves Marmont.
plomberie qui marche
Autre profession sinistrée : carrelage, faïence, à -11,8 %. Les plombiers et chauffagistes s’en tirent plus qu’honorablement avec + 3,8 %. Réparer une fuite, changer un chauffe-eau sera un un acte que l’on ne pourra pas forcément reporter. Ce seront des dépenses quasi-obligatoires.
 « Le secteur a souffert mais va repartir avec le Grenelle de l’Environnement », estime Dominique Grangereau, expert comptable au sein du groupe Strego, basé à la Rochelle. « Le bâtiment semble redémarrer doucement », renchérit Yves Marmont.

Parmi les services, les agences immobilières sont les grandes perdantes, avec -16,8 %. Mais avant à la crise, elles étaient parties de très haut avec des prix qui avaient flambé et des ventes en forte augmentation. Aujourd’hui, le marché s’est régulé, avec une baisse des prix.

« Il ne faut pas en déduire qu’elles sont au bord du gouffre, il faut relativiser. Comme le bâtiment, c’était en secteur en forte croissance. Donc, quand il y a crise, ils sont d’autant plus touchés », estime Yves Marmont.

« Le secteur de l’immobilier repart un peu, complète Dominique Grangereau. Les agences, qui ont tiré leur épingle du jeu, sont celles qui n’avaient pas de salariés ». Une inquiétude plane toutefois car même si ces secteurs redémarrent, leurs trésoreries sont tellement basses que la situation peut vite devenir problématique.

Seule embellie dans le secteur des services : les entreprises de nettoyage, avec + 3,5 %. Ce métier s’adresse aux professionnels : bureaux et usines. Or ce sont généralement des contrats annuels, que l’on ne peut dénoncer du jour au lendemain.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises