Cession Commerce

Les commerces qui marchent

Par Sophie MENSIOR - Le 18 / 01 / 2010
Suivre sur Twitter

Sommaire

La prime aux anciens

« Il n’y a pas à ma connaissance de secteurs qui ont bien résisté. On en trouve qui se maintiennent, mais il n’y en a pas qui ont explosé », estime, plutôt pessimiste, l’expert-comptable Joël Lopez. Il nuance cependant ses propos.

« Ceux qui ont bien résisté, par exemple chez les artisans, sont ceux qui avaient une certaine renommée, qui étaient bien installés », souligne-t-il.

En temps de crise, les consommateurs ont tendance à se reporter sur les « valeurs sûres ». Pour ceux qui viennent de s’installer, même s’ils sont moins chers et font concurrence aux plus vieux, la situation sera plus difficile. Pour quelle raison ?  « Il y a une prime aux anciens : ceux qui ont une certaine compétence et ceux qui sont prudents, qui ont mis de l’argent de côté. Ils ont donc une sécurité de trésorerie, qui leur permet de pallier aux difficultés ».

Pour ceux qui marchent bien, cela peut être aussi une question d’emplacement. Si j’implante mon salon de coiffure, près d’une zone de bureau, j’aurai plus de chance d’avoir des clients que dans une zone en voie de désertification. Mais ce sont des éléments qui sont extérieurs à la gestion de l’entreprise.

Autre facteur qui joue sur la situation des commerçants : la concurrence d’Internet. Certains ont développé eux-mêmes des sites, comme par exemple dans le modélisme ou les miniatures. Mais pour réussir, il faut se faire référencer. Or cette opération a un coût. « Ce que l’on peut gagner en chiffre d’affaires, on peut le dépenser en publicité », prévient Joël Lopez.

Tous les secteurs commerçants semblent être touchés par la situation de crise économique. Le portefeuille des clients étant en berne, soit ceux-ci consomment moins, soit ils diffèrent leurs achats.
Mais ces données chiffrées ne sont que des moyennes, et au sein d’un même secteur, il pourra y avoir de fortes disparités. Dans un même quartier, un restaurant va très bien marcher et un autre moins bien, idem pour un boulanger ou pour un autre commerce.

Aujourd’hui, ceux qui s’en sortent  sont ceux qui s’en sont donné les moyens, et qui ont mis au point une véritable stratégie…

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises