Cession Commerce

Les commerces qui marchent

Par Sophie MENSIOR - Le 18 / 01 / 2010
Suivre sur Twitter

Sommaire

Pas trop de stock

Il faut se familiariser à une entreprise et à son environnement, et notamment si l’on brasse beaucoup d’argent, savoir qu’il y a des charges à déduire et que tout n’ira pas dans votre poche. Et bien sur, période de crise ou pas, connaitre le métier dans lequel on souhaite évoluer et son environnement réglementaire. « Il ne faut pas foncer tête baissée », recommande Dominique Grangereau.

« Il faut éviter d’avoir trop de stock », conseille par ailleurs Yves Marmont. Surtout dans les commerces de vêtements. Cela permet d’avoir un réassort dans la quinzaine et de proposer des nouveautés. Ce qui entraîne une rotation rapide et un renouvellement des collections. « Si l’on passe trois fois devant la boutique et qu’il y a toujours les mêmes produits, cela ne pousse pas à l’achat », ajoute Yves Marmont. L’expert-comptable Joël Lopez est du même avis : « La gestion des stocks doit être très stricte ». Celui-ci conseille, par ailleurs, de procéder à une analyse très fine de ses ventes, et bien suivre le cycle de ses produits. Par exemple, pour un magasin de miniatures, si les hélicoptères ont du succès, je passe commande uniquement pour ce type de produits. Il est également conseillé de suivre ses états de retard client.

Autre recommandation : limiter les prélèvements tels que les salaires. Un des avantages du petit commerce est sa réactivité, notamment pour réduire les frais du personnel, par exemple le salaire du patron. « On peut arriver à jongler et faire le dos rond mais il ne faut pas que cette situation dure trop longtemps », ajoute Yves Marmont.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises