Cession Commerce

Les commerces qui réussissent

Par Sophie MENSIOR - Le 04 / 02 / 2011
Suivre sur Twitter

Sommaire

Ne pas se précipiter sur les secteurs porteurs

Dans le contexte d’une reprise ou d’une création d’un commerce, il faudra faire preuve de prudence et ne pas se ruer sur un secteur sous prétexte qu’il est porteur. « On a pu voir de cinglants échecs dans le domaine du photovoltaïque ou des services à la personne », constate Michel Clément, expert-comptable, directeur de région chez Fiducial à Toulouse.

Il sera bon de ne pas se précipiter, car tout est question de cycle.

Par exemple : lorsqu’un secteur émergeant arrive en phase de maturité, il connaîtra alors une stagnation puis une dépression. « Attention également au phénomène de surcapitalisation », prévient l’expert-comptable. Quand certains secteurs marchent bien, les entreprises ont tendance à vouloir investir ces créneaux, dans ce cas l’offre sera supérieure à la demande et l’on risque de rentrer dans un phénomène dépressif.
Le futur commerçant devra se poser plusieurs questions : le secteur annoncé comme aujourd’hui porteur va-t-il le rester dans la durée ? A-t-il la capacité de capter la clientèle pour la rentabiliser ?
En effet, le secteur porteur d’aujourd’hui ne sera pas toujours celui de demain. Pour parer à ces éventualités, l’important sera de travailler en amont pour bien construire son projet.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises