Cession Commerce

Ouvrir un commerce : la marche à suivre

Par Sophie MENSIOR - Le 15 / 03 / 2010
Suivre sur Twitter

Sommaire

Valider son projet

Pour ouvrir votre commerce, vous aurez plusieurs étapes à franchir. D’abord vous devrez opter pour une reprise ou une création, savoir dans quels secteurs se lancer et identifier les créneaux porteurs. Puis trouver l’emplacement le plus adapté pour démarrer votre activité.
 
Se lancer dans le commerce est une démarche qui va se dérouler en plusieurs phases. Il faudra avoir une idée, mettre en forme le concept et construire son projet,  pour arriver à l’ultime étape : l’ouverture du magasin.  Mais tout d’abord, il faudra s’interroger sur la façon de mener à bien cette opération : faut-il créer de toutes pièces ou bien au contraire s’appuyer sur un commerce déjà installé et reprendre son fonds.

Reprise

En ce qui concerne la reprise, « Le grand plus, c’est de racheter un existant, on ne part pas de zéro », estime Olga Romulus, expert-comptable, à la direction des relations extérieures du groupe Fiducial. Ce commerce aura démontré sa rentabilité, bonne ou mauvaise. Et pour le banquier, à qui sera présenté le projet pour l’obtention d’un prêt, cette formule sera plus rassurante, il aura une base sur laquelle il pourra s’appuyer.

La reprise permet, par ailleurs, l’opportunité d’un accompagnement par le cédant. Cette forme de tutorat offre au repreneur la possibilité de se familiariser en douceur aux problématiques du commerce. C’est cette situation qu’a vécue Gaudérique Paris, qui a repris un magasin de luminaires à Bordeaux. « J’ai bénéficié d’une période de transition. J’ai pu rester quelques mois avec les anciens propriétaires, ce qui m’a permis d’avoir une phase d’observation. Avec eux, j’ai pu me faire une idée sur la façon dont se comportaient les clients », raconte-t-il. Yannick Godin, repreneur d’une société d’affûtage en Loire-Atlantique, a pu vivre cette même expérience : il s’est fait accompagner par le cédant pendant une période de 4 mois.

Dans le cadre de la reprise, il faudra valoriser le fonds de commerce, une opération qui ne sera pas toujours simple. Il faudra aussi que cet existant coïncide avec les velléités du repreneur.

« En apparence, le risque est plus limité, ajoute Olga Romulus. Mais la décision sera plus lourde à prendre, compte-tenu de l’investissement complémentaire lié au rachat de ce fonds de commerce ».

Mais point fort de la reprise, il y aura un effet de levier, plus rapide que lors d’une création.

Création

Et qu’en est-il pour la création ?  « C’est une formule géniale  quand on a La bonne idée, cela permet d’aller au bout de son concept, de ses envies. Cette solution est adaptée quand on a une volonté d’indépendance et de créativité réelle », ajoute l’expert-comptable du groupe Fiducial.
Mais dans ce cas, la prise de risque est plus importante. Face aux banquiers, il faudra démontrer l’intérêt et la viabilité de votre projet, et faire preuve d’une conviction plus importante que dans le cas d’une reprise.
Si le lancement du projet se passe bien, il y aura création de valeur. Outre la satisfaction procurée par le fait de le mener à bien, le créateur pourra véritablement se constituer son patrimoine professionnel.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises