Cession Commerce

Ouvrir un commerce : la marche à suivre

Par Sophie MENSIOR - Le 15 / 03 / 2010
Suivre sur Twitter

Sommaire

Marge de manœuvre plus réduite

Sur un plan purement immobilier, dans le cadre d’une reprise, le repreneur hérite du bail qui en est cours, la marge de manœuvre est plus réduite. « On évolue dans un cadre existant. Il faudra procéder à des vérifications : voir si le bail correspond bien à l’activité que le repreneur veut exercer, regarder la durée du bail qui reste à courir… », estime Marie-Caroline Claeys, avocate au cabinet MC² Avocat.
Alors que dans le cas d’une création, le bail n’est pas rédigé, et les deux parties pourront se mettre d’accord sur la destination du bail, les travaux à y effectuer, les aménagements au départ…Et s’engager en connaissance de cause.

Quant aux secteurs sur les lesquels on peut se lancer aujourd’hui,  il est difficile d’en donner une liste exhaustive. « Les services à la personne, la coiffure et l’esthétique, de même que l’artisanat des métiers de bouche sortent du lot, estime Olga Romulus, mais il n’y a pas de vérité absolue », tempère-t-elle. En fait, les opportunités sont à étudier au niveau local. Tel commerce peut très bien marcher dans telle ville ou dans tel quartier, mais moins bien fonctionner dans la ville d’à côté ou le quartier voisin. Un avis partagé par Norbert Barré, directeur du marché des professionnels et des TPE à la Société Générale. « Nous évitons de « caractériser » les secteurs. Selon la ville, les environnements locaux, le porteur du projet, la situation peut être différente, il est difficile de tirer des généralités », indique le banquier. Dans les faits, chaque projet sera étudié au cas par cas. « Quand on parle de ces évolutions sectorielles, on regarde et on analyse le passé, mais on ne sait pas ce qui se passe aujourd’hui, ni quelles seront les évolutions futures », ajoute Norbert Barré.

« Tout ce qui touche aux métiers de bouche est assez porteur », estime également Marie-Caroline Claeys. Mais conseille-t-elle, afin de se différencier de la grande distribution, il faut proposer des services spécifiques pour toucher une clientèle spécifique. « Par exemple, s’orienter vers des produits haut de gamme ou offrir ce que le client ne trouvera pas ailleurs. »

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises