Cession Commerce

Ouvrir un commerce : la marche à suivre

Par Sophie MENSIOR - Le 01 / 06 / 2015
Suivre sur Twitter

Sommaire

Faire appel au financement participatif

Le porteur du projet peut  compléter son apport personnel par diverses aides, aussi bien nationales que régionales. Mais il ne devra pas compter dessus pour boucler son projet. « C’est la cerise sur le gâteau », estime Philippe Delaporte.

De même, il pourra faire appel au financement participatif (appelé encore crowdfunding), une technique qui prend de l’ampleur et qui peut s’avérer une solution complémentaire pour les commerçants et artisans. Par exemple l’entreprise lorientaise 727 Sailbags y a eu recours pour l’ouverture de sa boutique parisienne située rue du Jour, en passant par la plate-forme Unliend. 100 000 euros ont pu être empruntés auprès de 169 prêteurs en 23 jours…

Une fois que le banquier a donné  son accord, il faut que le montant du remboursement soit en cohérence avec le chiffre d’affaires envisagé. « Le commerçant doit prévoir une hypothèse haute une hypothèse basse », estime Philippe Delaporte. Ainsi il pourra voir quelle somme il peut consacrer au loyer. « Le ratio loyer/chiffre d’affaires dépend du secteur d’activité », indique le consultant. Dans ce domaine, le porteur de projet devra se faire aider par les chambres de commerce et d’industrie (CCI)  et les chambres de métiers, qui connaissent généralement ce type de ratio.

Le montant total des charges (loyer, personnel, remboursement de l’emprunt…) divisé par le pourcentage de marge brute du commerce indiquera le chiffre d’affaires HT, qu’il conviendra de  réaliser. Ensuite il sera divisé par le nombre de jours d’ouverture, ce qui indiquera le chiffre d’affaires à effectuer par jour. « Le restaurateur saura combien de couverts il doit faire quotidiennement,  le boulanger  combien de baguettes il doit vendre », ajoute Philippe Delaporte.

Si le commerçant s’aperçoit que les charges sont trop élevées, il devra abandonner son projet…ou bien chercher un autre emplacement. « Mieux vaut faire cette opération préalablement », conseille-t-il.
Lorsqu’il a bien établi son prévisionnel, le commerçant pourra en déduire un plan de trésorerie, un plan d’achat. L’important est d’avoir un tableau de bord très précis de tous ces éléments.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises