Cession Commerce

Ouvrir un commerce saisonnier

Par Sophie MENSIOR - Le 06 / 07 / 2009
Suivre sur Twitter

Sommaire

Double saisonnalité

En matière de commerce saisonnier, plusieurs cas de figure sont possibles. En ce qui concerne les commerçants saisonniers ambulants, on les trouvera dans le prêt-à-porter, les métiers de bouche, la bimbeloterie, les produits touristiques.

Du côté des sédentaires, on va trouver des CHR, des boutiques de prêt-à-porter (maillots de bains….). « Ceux qui sont situés en bord de mer ferment automatiquement l’hiver », ajoute Lise Remark. Généralement, ils développent une autre activité, et l’hiver ils sont commerçants à la montagne. Ou alors, ils peuvent avoir plusieurs locaux et arrivent à jongler entre ces différents établissements toute l’année. Dans ce cas, il faut savoir être mobile, et les emplacements doivent être suffisamment rentables, car les baux commerciaux sont devenus très chers.

Si l’on prend l’exemple assez spécifique de Saint-Tropez, on voit des commerçants parisiens ouvrir leur boutique tropézienne pour la saison estivale et passer l’hiver dans leur magasin parisien. Très souvent, ils ont plusieurs exploitations, soit sur la région PACA ou sur la région parisienne.

 « La double saisonnalité est un phénomène assez récent, qui tend à s’amplifier », indique Lise Remark. Dans la région PACA, au niveau de l’emploi, dans le secteur des CHR (Cafés, hôtels, restaurant), beaucoup de personnes font la saison d’hiver à la montagne et la saison d’été au bord de la mer.

« En se déplaçant dans la région, ces personnes arrivent à couvrir la quasi-intégralité de l’année », commente-t-elle.

Les exploitants étant le plus souvent des locaux ou des régionaux.

Rester ouvert toute l’année

Certains restaurateurs et hôteliers installés dans la région vont réussir à rester ouvert pratiquement toute l’année et ne fermer que 3 à 4 mois par an (décembre à février, mars). Dans ce cas de figure, ils vont proposer, dans les périodes creuses, des prestations adaptées à la clientèle locale. Une formule qui sera difficilement possible si l’on vend des articles de plage.

De façon générale, dans les grandes villes de la zone PACA, l’arrivée des franchises et des commerces en réseau a entraîné une professionnalisation au niveau des commerces. Et la population des commerçants indépendants n’est plus tellement majoritaire. Situées sur les grands axes commerçants, les franchises peuvent être ouvertes tout l’année. « A Marseille et à Nice, par exemple, les centres-villes ont été dépoussiérés, réaménagés et bénéficient du développement des transports en commun », indique Lise Remark.

Par conséquence, les commerçants indépendants ont pu bénéficier de ces grands projets de restructuration et donc d’un flux commercial plus important. « Cette mixité commerce indépendant/franchise est utile », appuie la chef de projet transmission/création de la CCI  de la région PACA.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises