Cession Commerce

Ouvrir un commerce saisonnier

Par Sophie MENSIOR - Le 06 / 07 / 2009
Suivre sur Twitter

Sommaire

Evolution des pratiques

Le métier de personnel saisonnier a évolué depuis quelques années : la réglementation est plus stricte et le nombre d’heures effectuées par les employés a diminué. « Ils préfèrent avoir deux jours de congé par semaine, plutôt qu’un jour complet et deux demi-journées », ajoute Raymond Del Curatolo. Pour celui-ci, les mœurs du personnel ont changé pas celle de la clientèle. « Nous travaillons de la même façon qu’il y a 10 ou 20 ans », estime-t-il.

Autre point à connaître pour les établissements situés en montagne, dans les stations de ski : savoir négocier avec les Tour Opérators (le plus souvent des sociétés anglaises), qui organisent des voyages clés en main. « Ils apportent de la clientèle mais en contrepartie négocient des prix serrés », indique Régis Caillet. Les commerçants doivent s’adapter à ces nouvelles pratiques…

Enfin, parmi les qualifications requises pour exercer ce métier : il est impératif de maîtriser l’anglais, voire d’autres langues car une bonne partie de la clientèle, qui fréquente les lieux touristiques, provient des pays étrangers.

Ces diverses compétences à maîtriser ne doivent pas pour autant rebuter tous ceux attirés par cette profession et ses avantages. Car il est possible de gagner très bien sa vie, si l’on fait attention à ces différents paramètres. « C’est encore plus vrai que dans un commerce classique » estime Corinne Olive. Sachant qu’il y a une variable qui échappera à tout contrôle : la météo des vacances !

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises