Cession Commerce

Reprendre un commerce, mode d'emploi

Par Sophie MENSIOR - Le 28 / 09 / 2006
Suivre sur Twitter

Reprendre un commerce, mode d'emploi Chaque année, des dizaines de milliers de personnes sont candidates à la reprise d’un commerce. Mais il est important de comprendre que le métier de commerçant ne s’improvise pas. Le rachat d’une affaire résulte d’une réflexion approfondie qui s’appuie sur des critères bien précis.

Bien évaluer l’affaire que vous convoitez est essentiel.
C’est à la lumière des bilans que l’on voit comment une affaire fonctionne. Car si le CA donne une importance de la taille du commerce, il ne donne pas du tout une idée de sa rentabilité, celle-ci dépendant des charges, notamment les salaires et les loyers, que doit couvrir l’affaire.

Il faut donc surtout prendre en compte le bénéfice qui reste en fin d’année : « On achète du CA mais plus vous êtes sur du commerce à marge, plus le prix d’acquisition sera élevé », fait remarquer Joël Lopez, expert-comptable. La situation d’un commerce peut évoluer rapidement. Il est donc conseillé de la contrôler à la date des négociations avec le vendeur : « Il s’agit d’identifier les variations et de les justifier », poursuit-il.

Diagnostiquer tous ses besoins

Reprendre un commerce, mode d'emploi

L’analyse des bilans n’est pas suffisante. Vous devez également apprécier l’emplacement. Il est conseillé de se déplacer dans la rue ou le centre commercial en question, d’observer les allées et venues et le comportement des acheteurs.

La clientèle, part immatérielle que vous rachetez, n'est pas acquise : « Il est important de comprendre ce que vendait votre prédécesseur, à qui, et dans quel environnement il se trouvait », résume Bernard Boutboul, directeur associé de Gira Sic conseil.

Une fois l’affaire identifiée, il faut se soucier du financement. Il est essentiel de bien diagnostiquer tous ses besoins pour le prêt : fonds de roulement, trésorerie, stock de marchandises, 1er tiers de loyer. Les banques exigent, en général, un apport personnel de 30%. Mais il ne faut pas hésiter à faire jouer la concurrence avec d’autres établissements bancaires.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises