Cession Commerce

Reprendre une affaire artisanale

Par Sophie MENSIOR - Le 14 / 03 / 2016
Suivre sur Twitter

Sommaire

Recherche de la cible

Le porteur de projet doit aussi identifier à quel type de manager il ressemble : s’il est plutôt entrepreneur, commercial, développeur….Comment se comportera-t-il face à un marché en croissance ou face à une entreprise, déjà bien installée et qui affiche une bonne santé. Dans ce cas précis, ne risque-t-il pas de s’embêter … ?

En fonction de ses motivations, compétences/diplômes, le repreneur pourra mieux identifier les  secteurs vers lesquels il souhaite se diriger, les tailles d’entreprise qu’il pourra viser et dans quel lieu géographique il aura envie de s’implanter.

L’étape suivante sera consacrée à la recherche de la cible. Et cette opération peut s’avérer compliquée, car elle passe par deux vecteurs principaux.  Le marché connu de la reprise (chambres consulaires, experts…) et le marché caché. Selon son principe : toutes les entreprises sont potentiellement à vendre et la transaction pourra s’effectuer en fonction du chèque que le repreneur est prêt à mettre sur la table. Dans ce cas, il est possible d’utiliser le marketing direct et/ou de contacter le dirigeant directement. « Il ne faut pas hésiter à contacter une entreprise même si elle n’est pas officiellement à vendre », appuie Stéphane Gaschet (Point C / In Extenso). De plus, il ne faut pas hésiter à en parler autour de soi et à faire fonctionner son réseau (experts-comptables, fournisseurs...)

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises