Cession Commerce

Réussir la reprise d'un fonds de commerce

Par Sophie MENSIOR - Le 19 / 01 / 2009
Suivre sur Twitter

Sommaire

Etudier l’organisation du travail

L’organisation du travail au sein de l’affaire à reprendre constitue également un critère à étudier de près. Il s’agit de voir combien il y a de salariés dans l’entreprise,  quelle est la nature de leur contrat de travail,  leur importance sur un plan commercial, la qualité de leur travail…Il faut penser aussi à se renseigner sur la liste exhaustive du personnel (congé maladie, congé maternité, année sabbatique…) afin de ne pas avoir de mauvaises surprises.

Car la règle qui s’applique en matière de reprise d’un fonds de commerce est celle de l’article L122.12, à savoir la reprise de l’ensemble du personnel.

« Dans certains secteurs, comme les salons de coiffure, les centres d’esthétique, le facteur humain est capital, estime Cyrille Pineau. Pour un boucher, l’équipe est moins importante, c’est lui qui va représenter le magasin ». Dans les métiers de l’artisanat, il faudra regarder s’il y a des collaborateurs, qui partent à la retraite, car leur départ aura un impact sur la marche de l’entreprise.

Enfin, dernier conseil prodigué par Yannick Hoche : « pour choisir, il faut avoir le choix ». Ce qui signifie concrètement : même si l’on a des visées sur une affaire, il ne faut pas hésiter à en voir plusieurs. C’est à dire avoir la discipline de consacrer au moins 20 ¨% de son temps à continuer ses recherches, et prospecter. Le vrai piège serait  de craquer un peu tôt sur un seul commerce, et de ne lui trouver aucun défaut. Cette situation peut vite devenir inconfortable. En fait, quand on en a trouvé un, il faut en trouver au moins un deuxième, ne serait-ce que pour avoir un moyen de pression sur le cédant
.
Tous ces éléments sont importants à prendre en compte dans le choix d’un fonds, mais il ne faut pas oublier pour autant « l’aspect coup de cœur », selon Cyrille Pineau. En effet, le professionnel va s’engager à y passer un bon moment de sa vie, il vaut mieux que cette dimension affective soit prise en compte dans sa décision.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises